princess

Amour + grenouilles = Princess and the Frog

Les dessins animés Disney, ça commence toujours comme ça : il était une fois, deux gamines de la Nouvelle-Orléans. Une petite princesse, Charlotte, pile électrique blonde, réside dans les grosses bâtisses de la ville. Sa super copine, Tiana, afro-américaine, vit dans les quartiers modestes. Le rêve de Tiana, c’est de monter un resto avec son père. Sauf que pas de bol, papa décède durant une énième guerre. Tiana n’abandonne pas pour autant et trime comme une cinglée au travail. Charlotte, elle, n’en fout pas une, si ce n’est s’imaginer mariée au Prince Charmant. Et justement, un prince débarque en ville. Il s’appelle Naveen (oui je sais, c’est plutôt particulier comme prénom).

C’est à ce moment là que les ennuis commencent (j’aime bien faire du spoiler, mais faut pas déconner) …

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de Princess and the Frog (La Princesse et la Grenouille), notamment les décors, les couleurs, la musique jazz, les accents des personnages (les acteurs qui prêtent leurs voix à Tiana et Naveen ont le parler de Louisiane et ça fait plaisir à écouter). Les personnages secondaires sont drôles et mignons. L’histoire est cohérente (quand on sait qu’elles croquent toutes des pommes empoisonnées, se foutent une aiguille dans le doigt et s’endorment 100 ans ou portent des escarpins en verre y’a de quoi se lamenter). Princess and The Frog fait souvent écho à des dessins animés tels que Shrek, Brave (la princesse rousse Rebelle) et même La Belle et La Bête : histoires de transformations animales, mauvais sorts, vilains méchants sorciers, mais surtout Amour – avec un A majuscule. Le vrai, le grand, le beau. Y’a toujours une morale. Ici ça pourrait se traduire par : l’apparence physique ne compte pas, tout vient de la personnalité (mais oui bien sûr, on y croit), de ce qu’on est, de nos valeurs, nos rêves. Naveen et Tiana ont beau être complètement différents l’un de l’autre, c’est seulement lorsqu’ils deviennent d’adorables batraciens (SPOILER ALERT) qu’ils vont apprendre à se connaitre, à se découvrir et À RESSENTIR LE BIG LOVE DÉGOULINANT D’EAU MARÉCAGEUSE DU BAYOU ET DE MUCUS.

the_princess_and_the_frog

Ce que j’ai d’autant plus apprécié, c’est que l’héroïne n’a pas la peau pâle ni les yeux bleus (bon ok les gars à part Mulan, Jasmine – qui est juste la meuf d’Aladin et Pocahontas, y’a pas vraiment de princesses ayant des origines différentes de celles que l’on nous a balancé en bloc). Ensuite, Tiana TRAVAILLE DUR pour CONCRÉTISER UN OBJECTIF DE VIE (est-ce qu’à part chanter avec les oiseaux, être réduite à nettoyer les culottes de ses belles-soeurs ou se pomponner en face d’un miroir, les héroïnes de Disney font beaucoup de choses ? Je ne crois pas non). Donc j’en conclue que les princesses évoluent avec leur temps et c’est d’ailleurs pas plus mal.

N’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook et Twitter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>