Architecture In Helsinki

Le leader et guitariste, Cameron Bird. Le batteur du groupe, James Cecil et ses rythmes fanfaresques. Kellie Sutherland et sa clarinette enchantée et de nombreux autres musiciens. Un véritable orchestre de poche que l’on peut emporter partout. Jusqu’à 40 musiciens au sein du collectif participent au projet d’Architecture In Helsinki.

Jouant sur les structures et les rythmes dans leurs morceaux. Plus de refrains ni de couplets mais un ensemble qui reste cohérent. L’évolution latente et progressive des morceaux se mêle de petites évasions éphémères. Perdu dans la diversité de leurs compositions, on se laisse aller.

Le collectif australien sort son premier album en 2003, Fingers Crossed, qui n’est pas encore sorti en Europe. Un album pop qui à travers des mélodies douces et rassurantes, nous transporte dans un monde merveilleux. L’esprit reste le même un son originale, bondissant. Entre les cuivres et les sons de la clarinette, les rythmes haletant de la batterie pour des chansons pleines d’émotion. De jolies chansonnettes qui sonnent si bien quand on les entend. Le groupe décolle avec son deuxième album In Case We Die. Des sonorités rock voir punky apparaissent tout en gardant la fraîcheur et la délicatesse qui avait leur identité musicale sur le premier album. Mais le collectif d’Architecture In Helsinki ne semble pas vouloir lui-même se poser de barrières.  L’originalité du groupe tient en cela. Chaque chanson est un voyage différent, au risque de s’y perdre avec le décalage horaire.

Le dernier opus d’Architecture In Helsinki, Places Like This, est sorti en 2007. Passant de huit à six membres, le collectif n’a pas perdu sa folie d’antan. Mêlant diverses influences musicales, de l’Amérique du sud à l’Australie, en passant par l’Afrique. Un tour du monde, découvrant, les yeux écarquillés, le mélange des cultures. L’enthousiasme d’un voyageur ne savant pas vraiment où il va. A l’image de ce groupe incroyable, pour qui la musique ne se limite pas à un schéma bien établi. Le temps d’un disque laissez vous perdre au son d’Architecture In Helsinki. Votre périple sera des plus bondissants et des plus étrange.

Un groupe aux allures mal soignées. Un son original à travers la multiplicité des instruments. Surtout Architecture In Helsinki est un réservoir d’influences musicales. L’évolution d’un groupe inclassable qui risque de faire de plus en plus parler de lui.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>