Autopsie d’un grand singe

PREMIERE IMPRESSION, PREMIERE ANALYSE
La première réaction que j’ai eue à la fin du film, c’était une révolte intérieure contre l’espèce humaine, qui ne pense qu’à son profit. J’ai souhaité ardemment que le grand singe extermine l’espèce nuisible que nous sommes, à travers ce film (ce qui, malheureusement, n’est qu’un reflet de la réalité).
Ce pauvre singe, tranquille dans sa jungle…on lui fout une bonne femme sous le nez, il en tombe amoureux, et là, c’est le drame…On ne peut qu’avoir de la compassion pour ce singe qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve danger public, puis animal de foire, puis bête à abattre.

« La bête posa son regard sur la belle
Et la belle retint son geste.
Dès lors, la bête fut comme morte »

Ce proverbe arabe, énoncé par Jack Black vers la fin du film, illustre bien le drame qui se joue là : si la bête (Kong) ne s’était pas éprise de cette jeune fille qu’est Ann, s’il ne l’avait jamais vu, alors rien ne serait arrivé, du moins, pas si cet amour avait été possible. Le film se conclut d’ailleurs sur une phrase magnifique de Jack Black (encore lui !), comme un crève-coeur : « C’est la belle qui a tué la bête », signifiant ainsi que le grand singe est mort pour sa belle, mais aussi par sa « faute ».

ACTEURS, EFFETS SPECIAUX ET REALISATION
Bref, parlons du reste.
On peut trouver cela fourre-tout, vu la pléiade de choses, événements, créatures, … qu’on y voit , mais c’est très fidèle à la version de 76, donc l’objectif de ce côté-là est atteint.
Les décors sont grandioses, les effets visuels, bien que « trop » présents à mon goût (film grand public oblige), sont bien plaisants, maginifiquement réalisés. L’ambiance, quant à elle, est la quintessence de ce film. Le New-York des années 30 est plus vrai que nature. Mention bien aux dinosaures de toute sorte, mention très bien aux lombrics géants (quelle horreur ! A vous donner froid dans le dos ), aux cafards géants et autres joyeusetés géantes.

Et mention excellente au Kong, ce qui m’amène au jeu des acteurs. Les émotions, expressions et mouvements du Kong ont été pris par Motion Capture. Pour ce faire, Jackson s’est une nouvelle fois amouraché d’Andy Serkis (et oui, c’est lui qui faisait Gollum dans la trilogie désormais célèbre du Seigneur des Anneaux, elle aussi faite par Jackson). Et bien, je crois qu’il mérite à lui seul l’Oscar du Meilleur Acteur pour ce rôle (peut-être vais-je trop loin, mais c’est mon sentiment), même si ce n’est pas vraiment lui qu’on voit à l’écran, mais le Kong, ce qui, de ce fait, l’empêche d’acquérir ledit Oscar. Mais grâce à lui, c’est un Kong plus vrai que nature, plus humain encore que tous les gens qu’il m’ait été donné de voir, que l’on nous offre. Il semble avoir plus de sentiments encore que la plupart des hommes, et surtout, il a une profondeur terrible. C’est bien simple, Kong ne peut pas parler, et pourtant, on comprend parfaitement ce qu’il dirait à chaque scène, s’il le pouvait.
Naomi Watts joue bien, suffisamment convaincante, et est dotée de cordes vocales à toute épreuve (oui, parce que, faut l’entendre crier à maintes reprises ! ).
Adrien Brody… et bien, enfin un film où j’apprécie son jeu. Même si au final, on ne le verra pas tant que ça, chacune de ses apparitions est ponctuée par un jeu d’acteur franc, sincère, réaliste. C’est aussi le seul qui finira par s’apercevoir rapidement qu’ils ont fait une grosse erreur en ramenant le Kong à New York.
Jack Black. J’adorais déjà cet acteur avant même le film. Mais là, là, je dois dire que son rôle est joué à la perfection. Une seule chose l’obsède: sa réussite, sa carrière; et il est prêt à tout pour cela, malheureusement pour le Kong. Personnage très vaniteux joué à la perfection: c’est bien simple, je ne vois personne d’autre qui pourrait prendre sa place. Il prendra conscience, à la mort du Kong, du crime qu’il a commis, de son erreur.

Place à la réalisation, maintenant. On fait dans le spectacle de grande envergure. Des plans jolis, bien découpés; des combats bien filmés, bien rythmés; on reconnaît la patte de Jackson.

QUELQUES POINTS NOIRS
Un des problèmes du film, cependant, réside dans la longueur et la répétition de certaines scènes. Certains trouveront la scène où le Kong affronte 3 dinosaures peut-être un peu répétitive, calquée sur un même schéma : à chaque fois qu’on se dit que les Rex sont morts, ils reviennent au galop et ça repart (ex. Ils se battent dans une clairière, les T-Rex sont presque mis KO, la fille s’enfuit mais tombe sur un autre Rex, Kong la rejoint pour la défendre, mais le premier Rex revient, Kong les fait tomber dans un ravin, mais il y tombe aussi et reste emmêlé dans des lianes, et on s’aperçoit que les Rex tombés y sont aussi, et le combat continue avec tout ce beau monde accroché aux lianes, puis tout le monde tombe, et le combat reprend dans une autre clairière…. long hein ?). Cependant, si l’ennui vient lors de cette scène, attachons-nous, comme je l’ai fait, au côté visuel énormissime de cette scène. Ainsi, je ne me suis pas ennuyé.
Par contre, les scènes qui peuvent paraîtrent ennuyeuse concernent celles où Naomi Watts et le Kong sont confrontés. Des regards qui font passer des messages, certes, mais au bout de 3 fois, on a compris, de même qu’au bout d’1 min d’observation, on se lasse.

CONCLUSION
Pour conclure, je dirai que ce film reprend une question bien souvent exploitée dans nombres de romans ou de films (et je pense par exemple à Frankeinstein): Qui est le monstre, et qui est l’humain? Les hommes vaniteux valent bien moins à mes yeux que ce singe à la profondeur édifiante, qui se retrouve perdu dans un New York des années 30 fantastique, à la recherche de la seule personne qui compte pour lui. Il est traqué, apeuré et donc violent…ce n’est pas son territoire. La scène finale est une exécution en règle de la bête primitive et inférieure cramponnée à son toit, puis quand elle s’écrase 110 étages plus bas, la meute de journalistes est là, lui monte dessus pour prendre des photos, etc… Aucun respect.
Pour lui, la jungle urbaine, celle des hommes, s’annoncera bien plus impitoyable encore que la sienne, avec ses créatures géantes et primitives. Elle en sera sa perte, les humains, démunis du moindre sens moral, venant l’achever sans même chercher à comprendre pourquoi il se réfugie en haut d’une tour, s’acculant ainsi, ne cherchant pas à voir qu’il est calmé, une fois qu’il est là. Même après sa mort, il sera vu comme un animal primitif dépourvu d’intelligence, un monstre sanguinaire, alors qu’il n’est qu’un primate en mal d’amour loin de sa contrée, déstabilisé, perdu.

Une merveilleuse métaphore de la destruction de la Nature par l’Homme.

Et sûrement un futur récompensé aux Oscars.

16 commentaires

  1. Kentin

    Bon enfin un article du grand Fla… Ben pour une première c’est pas mal du tout, on ressent bien ce que tu penses ça fout limite la chair de poule… SI je compare King Kong à Godzilla, tu me fais quoi ? ^^

  2. Anonyme

    Ton article est super, j’ai vu le film et effectivement ce que tu dit est bien vrai….. Certaines scènes sont un peu longue et le coup des T-rex aussi.
    Mais en temps que film lui même il est bien.
    Et surtout bravo les effects spéciaux parce que les sang-sue géantes et autres sortes de truc bizzar donne vraiment des frissons.

  3. miss3102

    Jolie répartie Fla bien rattrapé tu as vengé ton honneur ^^
    Personne n’insultera plus jamais la pilosité de Fla à partir d’aujourd’hui ^^

    Qui est le bouffon qui a mis – de 10 à cet article ?

  4. mcnoxx

    à chier ! ça se voit bien que c’est du copier coller…les articles précédents mode/beauté/sexe sont bien plus profonds et intéressant……………………………………………………………………………….-(-10)

  5. Anonyme

    Frankenstein, un des films les plus beaux et traumatisant de mon enfance! En tout cas tu défends bien la bête… je suis parti sur le même avis, avec, en moins, l’attirance pour Peter Jackson!! D’autant qu’à l’heure d’aujourd’hui, la tapage médiatique a tendance à produire l’inverse de ce qu’il souhaite!

  6. Anonyme

    Insulte pas les Disney Fla quand même ils sont très bien faut pas cracher dessus !
    ça a appris à pleins de gosse dont nous faisons pour la plupart partie des valeurs, ils ne faut pas le négliger.

    Quant à toi Leelou… Je pense que si pour toi King Kong se résume à une bête sauvage présentant une menace pour le monde et qu’il faut abattre… Ben alors faudrait penser à sérieusement te remettre en question dans ta façon de penser et à essayer de voir plus loin que le bout de ton nez

  7. Anonyme

    J’ai un avis très sévère vis à vis de Disney, et les valeurs apportées sont discutables…Entre la niaiserie dont ils nous font part, et les repompages multiples…

  8. Anonyme

    eh bien eh bien, Leelou, t’es petites divergences d’opinions seraient elles vraiment fondées ? ou bien c’est par vengeance :p moi j’aime bien Disney, enfin, plus ça va moins j’aime, mon préféré sera toujours le Roi lion :p

  9. Anonyme

    Ho oui le Roi Lion j’adore ! C’est mon préféré aussi ! Après c’est La petite sirène et Alladin ^^
    Mais dans Disney ils nous apprennent à respecter la nature, à ne pa smentir, à savoir pardonner, etc… Moi je trouve ça très bien

  10. Anonyme

    Le Roi Lion, ouais, il est bien…mais l’histoire n’est pas de Disney, de même que les personnes etc…Bref, Disney t’apprend tout ca…Disney est ton papa =)

  11. lamoureuze

    Non mon papa s’appelle Serge, il a une coiffure de plouc, travaille aux AGF et écoute ACDC et Magma…
    Tant pis ^^
    Non mdr je l’aime très fort mon papa !

  12. mimilleeeee

    J’ai vu le film. Vraiment impressionnant. Un peu long, des erreurs, mais bon film tout de même. Reaction à Snnopix : King Kon(g)=Jérémy avec moins de poils!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>