Beginners, les amoureux de la mélancolie

Beginners, les amoureux de la mélancolie

Oliver (aka Ewan McGregor) n’est pas un homme heureux. En plus d’enchainer les déceptions amoureuses, il perd sa mère, aux suites d’un cancer incurable.

Après le décès de celle-ci, son père,Hal, lui apprend qu’il est gay (il aura donc attendu 44 ans pour faire son coming out).

Quelques années plus tard, Oliver doit à nouveau faire face au deuil, car Hal rend l’âme, après avoir réécrit la mort de Jésus. Tout ce qui lui reste se résume à peu de choses : un chien de race Jack Russel nommé Arthur, qui connaît plus de 150 mots mais ne peut parler, une maison bourrée de cartons… Et des souvenirs.

C’est alors qu’Oliver, rencontre Anna (aka Mélanie Laurent), au cours d’une soirée. Cette jolie actrice passe sa vie dans les hôtels ou sur les plateaux de tournage. Libre et à la fois prisonnière d’une vie, parfois chaotique, elle s’abandonne cependant à la confidence, dans les bras d’Oliver. Leur amour, triste, rebelle et vagabond, est une ode au romantisme. Au travers de flashbacks, d’instants simples, drôles ou émouvants, de ceux qui marquent l’existence, on rit, on pleure … On réfléchit.

Il n’y a pas d’intrigue, pas de but précis. Juste deux individus, maladroits, hésitants, imprévisibles. Des Beginners, un rien débutants, qui doivent réapprendre l’expérience sentimentale.

Le + : la bande son à base de chanteurs blues ou jazzy, installe l’ambiance dès le début du film.
Le - : une fin qui s’essouffle un peu, sans pour autant gâcher la beauté esthétique et scénaristique de Beginners.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>