Ben Mazué, entre slam et chanson française

Elevé au son de Marvin Gaye, Aretha Franklin et Otis Redding, Ben Mazué a été plongé très jeune dans le multiculturalisme. Etats-Unis, Madagascar, Réunion, la Tanzanie, le Kenya et enfin Paris ont été tant creusets dans lesquels il a pu puiser son style inédit : un flow rapide, sautillant, frais, loin des barrières dans lesquelles se confinent les chapelles habituelles de la chanson française.

Une patte qui lui attire toutes les éloges, du prix Sacem du festival Jacques Brel en 2006, au Fair 2010, en passant par le Paris Jeunes Talents. Mais Ben a le succès modeste. Il n’a de cesse de murir son projet, d’aller chercher le public sur scène pour en partager avec lui son plaisir.


Produit en première partie d’ Anis à la Cigale, d’ Oxmo Puccino, TétéAsa, ou encore Pep’s et dans divers festivals, Ben prend vraiment son pied sur scène. Un lieu où il teste, patine ses textes grâce à ce qu’il reçoit des milliers de paires d’oreilles qui l’écoutent. Au rang des succès, on peut aussi souligner sa collaboration avec Tom Frager, à qui il écrit « Je suis pas vraiment jaloux »  un des titres du premier album de Tom, pour qui il vient également d’adapter en français le single « Give me that love ».

Ben Mazué sort aujourd’hui un EP. Un disque aux couleurs de bitume et de soleil, un travail de studio qu’il est enfin heureux de défendre, après ces deux années de scène.

 
L’année 2010 s’annonce d’ores et déjà pleine de promesses : celle d’une nouvelle année de scène avec en ligne de mire le premier album prévu pour la fin de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>