Borat, ou le Michael Moor de l’est

Les dix premières minutes du film se passe au Kazakhstan (tourné en Roumanie, pas de différences notables), et Borat nous dépeint son village et ses habitants, c’est à mourir de rire… Ah, son village natal de Kuzeck, et ses habitants un vrai régal…

Le reste du film se passe donc aux USA, où notre ami Borat est confronté à toutes sortes de populations, et dont les réactions suscitent l’amusement chez certains, ou le grave énervement…
Notre ami a « tout pour plaire », il est xénophobe, misogyne (le moment avec les féministes c’est trop bon), pervers, et surtout même si ce n’est pas bien, cela nous a fait énormément rire: il est antisémite… Le lâché de Juifs annuel au Kazakhstan, un grand moment: ici la Mère Juive, attention elle pond des oeufs !
Attention, humour à prendre au 999999ème degré !

Mais aussi homophobe et se retrouve dans une Gaypride sans s’en rendre compte car il faut bien le dire, Borat légèrement naïf.
L’issue de cette Gaypride est des plus drôles… enfin pas pour lui…

En bref, Borat fait rire sur des malaises profonds et établit, il expose les préjugés US au grand jour et dénonce quelques parts les travers de la société Américaine, c’est très bien orchestré !
L’acteur a peur de rien est à ce titre je citerais la critique du magazine Première:

Eloge d’une débilité fun et décomplexée, le film montre surtout le génie comique d’un acteur qui n’a jamais froid aux yeux (ni aux couilles) et ose tout avec un sens du timing sidérant.

Nous pouvons que vous le conseiller, malgré une scène « gore », dont je vous laisse toute la fraîcheur de découvrir… Un conseil, ne mangez pas avant… c’est à vos risques et périls.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>