Cinquième Avenue de Candace Bushnell

On connait déjà le potentiel télévisuel des écrits de Candace Bushnell. Sur petit et grand écran. Plus de deux millions de fans sont d’ailleurs appelées à rechausser leurs Manolo Blahnik pour le second volet de Sex and the City dès le 28 mai prochain. Mais on murmure déjà que les droits de « Cinquième Avenue » seraient l’objet de négociations. Candace Bushnell aurait elle trouvé en New-York, le véritable personnage de ses romans, la poule aux œufs d’or ? Car comme son ainé, « Cinquième Avenue » est un roman addictif mêlant satire sociale, jeux de pouvoirs, histoires d’amour et intrigue policière.


Plusieurs figures se télescopent. Du jet-setter en quête de reconnaissance au chroniqueur trash, en passant par les stars hollywoodiennes sur le retour. Lorsque l’on apprend que tout ce petit monde évolue dans le même immeuble à New-York, on ne peut qu’imaginer les péripéties qui les attendent.

La plume de Bushnell est égale à elle-même, vive, alerte, dynamique. Tout est bien qui fini bien, car le politiquement correct triomphe. C’est un happy-end un peu facile, mais rien de tel qu’un peu d’eau de rose pour rehausser un cosmopolitan un peu classique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>