Diary of the dead – chroniques des morts vivants

Un classique dans la filmographie de Georges Romero, les films de morts vivants (zombies pour plus de précision). Ces étranges créatures, humaines auparavant, qui, une fois mortes, reviennent à la vie. On ignore tout du début du carnage mais celui-ci ne fait que s’accroître en semant la panique générale autour de ce phénomène paranormal.
Toujours le même genre de scénarios mais avec des effrois différents. L’angoisse est toujours variante et l’estomac qui se tord dans notre gosier ne se tord jamais de la même manière… Une danse du stress qui fait jongler le film sous nos yeux.


Ici, dans « Diary of the Dead », des étudiants en cinéma tournent un film d’horreur amateur dans les bois en pleine nuit. Jusqu’à ce qu’un d’entre eux, interpellé par un appel infos à la radio, commence à s’angoisser et à se demander que faire. Les morts vivants envahissent les environs … La caméra à l’épaule, nous voilà traqués à travers une aventure hors du commun. Il faut trouver un moyen de rejoindre les familles, de sauver le plus de gens possible et surtout, de s’en sorte indemne.

Un dernier film de zombies pour Romero qui devrait mériter une fin meilleure et un jeu d’acteurs différent que ce dont on a déjà l’habitude de voir.
Mais une angoisse terrifiante avec une caméra à l’épaule (déjà vu dans REC, Cloverfield ou encore le projet Blairwitch) qui nous offre une subjectivité étonnante.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>