Eels: Blinking Lights and Other Revelations

E a commencé par travaillé en solo.Compositeur, chanteur, multi instrumentiste. Face aux difficultés logistiques, il décide de se lancer avec un groupe, ce sera Eels. Un premier album sorti en 1996, Beautiful Freaks, chez Dreamworks Records. Le single "novocaïne For the soul" rencontre un succès incroyable à sa sortie. Mais E va connaître les malheurs de la vie, après la mort de son père, sa soeur se suicide en 1996, puis sa mère en 1998. Malgré la douleur et la tristesse, E trouve la force de composer l’album Electro-shock Blues la même année. L’album est émouvant et la critique l’acceuilli plutôt bien. Le groupe enchaîne sur Daisies Of the Galaxy. Un succès qui se confirme avec cet album en particulier le single "Mr E’s Beautiful Blues". En 2001, l’épopée du groupe continue, après une grande tournée en 2000, l’album Souljacker. Cet album marque une nouvelle étape pour le groupe. Un album qui ruissèlent d’imagination, avec des textes toujours aussi soignés. En 2003 Shootenanny sort mais l’album marque un certain recule par rapport au dernier, moins riche en nouveauté, ce qui peut s’expliquer par le fait que l’album a été enregistré en dix jours lors d’une tournée. Durant deux ans, E et Eels colaborent sur des bandes originales ( The End of Violence, Shrek, Shrek 2, Levity). Des lives intégrent la discographie du groupe.
En 2005, le dernier album en date du groupe, Blinking Lights and Other Revelations. Un album signé par le label indépendant Vagrant Records. Un véritable cadeau pour tous les fans du groupe. Un double album de trente-trois chansons compilées. Les morceaux ont été composés à des époques différentes ce qui donne à l’album une variété interessante. Quelques pages supplémentaires de l’histoire de la vie de E. Des textes dont la sensibilité habile est touchante. La douleur, la tristesse,l’abandon. Mais par-dessus tout c’est l’espoir qui émane de ces chansons. Des confessions modestes sur des mélodies sans abus. La simplicité dans toute sa splendeur. Des colaborations avec des artistes de renommée: Tom Waits ou encore Peter Buck (REM).Des mélodies stridantes qui gardent une douceur apparente. La voix brulée à vif et même temps étouffée. Les nappes sonores du xylophone ou du glockenspiel participent à donner une atmosphère sonore propre à Eels. Des ambiances plutôt sombre voire même glauque. Des chansons tristes et qui donnent parfois une impression de répétition. Ce qui peut clairement rebuté plus d’un à écouter ce songwritter de génie. Mais ce nouvel album apparaît réellement comme une confession d’un artiste introspectif qui a besoin de tout lacher. Certes cet album a des longueurs dont il aurait pu se priver. Des chansons magiques, pleine d’imagination et de sensibilité dans les textes. Mais il faut bien le dire il faut bien du courage pour arriver au bout des 93 minutes. La démarche de E peut paraître égoiste. Mais c’est bien sa vie qui se trouve dans sa musique. Résumer sa vie en douze pistes aurait été malheureux. Un concept peut être trop délicat. Il n’empêche que cette album est truffé de merveilles sonores. Unique. Alors pourquoi ne pas l’écouter vraiment pour une fois?

Le groupe Eels continue d’apporter sa pierre à l’édifice du rock Indépendant. Tout en restant unique. Incarnation du génie d’un artiste à part. Des mélodies douces et entrainantes. Des textes authentique et touchant. Un génie, en la personne de E, qui donne une âme et une profondeur au son inimitable de Eels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>