Entretien avec un pirate

Ne soyez pas trop dur avec moi ce n’est que le commencement ! Dites moi ce que vous en pensez et si vous aimez je publierais la suite !

Entretien avec un Pirate

Ile St Lucie 1658, journal de Charlie Findland.
Il y a déjà 10 ans que je rêve de devenir pirate. Je ne sais pas comment cette idée, saugrenue et irréalisable pour mes parents, m’est venu. Tout ce que je sais c’est qu’elle a germée et grandit dans mon petit esprit de 13 ans.
Me voilà maintenant un grand de 17 ans qui a désiré réaliser sa pensé la plus chère. Ce que je pensais être une petite entreprise, voler un bateau et partir vers de nouveaux horizons, se montra finalement être irréalisable seul.
Je me pointais devant le port à trois heures du matin pensant qu’il n’y aurait personne, je me trompais !
Les centaines de personnes présentes étaient toutes occupés sur un navire, le ravitaillement, la réparation etc…
Je le repérais tout de suite, petit, rapide et passant inaperçu, il était ce qu’il me fallait !
Je me faufilais vers ce petit navire tel un chat guettant sa proie, il était maintenant à une portée de main, dans quelques secondes je le toucherais, je toucherais mon destin…
- Toi là le petit sauvage !
- Qui moi ? dis- je étonné qu’il m’appelle ainsi, ce n’étais pas ma faute si je ne pouvais coiffer mes cheveux noirs et bouclés, lui n’avait pas l’air d’avoir ce problème, il était chauve.
- Oui toi le garçon au yeux bizarre –décidément il avait le don d’appuyer sur les défauts des gens – que fais tu aussi ? On n’a pas le droit de traîner près de The Ghost Lady !
- The Ghost Lady ? Je ne voulais pas…Hum…le voler si vous le pensiez !
- Tu voulais le voler petit salaud ! Je m’en doutais ! Ah la vie est mal partie pour toi !!!
Sur ces mots il me saisit pas l’épaule comme une brute et me traîna jusqu’au poste de police.
Il ne me lâcha qu’une fois mes fesses posées sur la chaise dure en face du bureau du Commissaire. Voyant celui-ci, je palis, comment étais ce possible ?
- Tiens donc Charlie Findcountry !
- Findland Commissaire, que faites vous ici ?
- Eh bien petit Findplace tu me manquais !
- Findland Commissaire, dis je en voyant que celui-ci n’avais jamais digéré l’affaire des bateaux de pêche, il faut dire que j’avais commis l’exploit d’en voler huit, d’en couler six, d’en avoir vendu un et d’avoir réussi à faire qu’une baleine mange le dernier ! A cet époque c’est lui qu’on accusa du crime mais en s’apercevant de ma disparition, on conclus rapidement qu’il s’agissait de …moi.
- C’est du passé Commissaire, je vous assure !
- Bien, Badaboum, qu’a-t-il fait cet fois ci ?
- Baboum, Commissaire. Il allait voler le navire The Ghost Lady.
- Comment ? Ce navire qui est dans notre port depuis hier ? Bah petit crime, comme tu n’a pas réussi je vais devoir te relâcher. BafPim renvoie le
- Baboum, Commissaire. A vos ordres Commissaire.
Soulagé je me levais de mon siège au moment où un soldat entra :
- commissaire Ronald DeVanture ?
- C’est moi, répondit Ronald d’un ton solennel, de quoi s’agit il ?
- Soldat de la Baie des Princes, nous demandons l’accueil dans votre prison d’un de nos prisonniers en attente d’être pendu.
- Hum, bien sûr. Quel crime a-t-il commis ?
- C’est un pirate.
Comment ? Un pirate, un vrai ? Comme j’aurais aimé le rencontrer !
- Je suis soulagé de votre réponse car nous avions mis son navire dans votre port. Peut être l’avez-vous aperçu, il s’agit de The Ghost Lady. Nous avions demandé au commodore.
- Oh ! Mais cela change tout ! Findstate, tu allais voler un navire appartenant à notre invité ! C’est un énorme crime ! Messire…
- John Cow, général John Cow.
- Monsieur Carrots, nous acceptons votre invité dans notre Port Royal. Il sera à l’aise ici car il aura un compagnon… Charlie CherchLand !
- Comment ? Mais ! Non je ne suis pas d’accord !
On ne me laissa pas discuter. J’étais maintenant mal parti, j’allais être pendu ! En compagnie d’un pirate ! La vie est parfois complexe, au moins j’allais le rencontrer, à la potence !

Cellule de prison, St Lucie 1658, journal d’un futur pendu…
On m’a jeté avec violence dans la cellule peu après ma visite dans le bureau du commissaire Ronald. Je sais que je maudirais cette ultime rencontre jusqu’à la fin de ma vie, c’est-à-dire jusqu’à dans trois jours ! Rien que l’idée de devoir passer un nœud coulant autour de mon comme fait serrer la gorge, comme dans trois jours !
Il faut absolument que j’arrête de penser à ma future mort, atroce, abominable. Stop ! Si j’y pense encore, je me pendrai moi-même à la poutre de la cellule, je pourrais toujours demander une corde au pirate. Le pirate. Il était dans le coin sombre de la cellule quand on m’y a jeté, à peine un regard m’a été lancé depuis cet instant. Moi je l’observe depuis longtemps, c’est donc cela un pirate ? La Terreur des mers n’est donc que cela ? Un homme en loque qui se cache dans un coin d’ombre ?
Je soupirais de désespoir, j’avais imaginé un pirate fier et courageux qui m’aurait raconté ses aventures marines, qui m’aurait aidé à m’évader et nous serions parti tout les deux sur un prompt navire, évidemment dans mes rêves j’étais le capitaine…
- Qu’est ce que t’a minus ?
- Eh bien, l’idée de me faire pendre pour un petit bateau qui ne valait rien me chagrine si puis- je dire.
- Je te comprends, t’inquiète, moi c’est la deuxième fois, on s’habitue.
Sur ces mots il sortit de l’ombre. Je vis apparaître devant mes yeux ébahis un pirate comme dans les histoires : grand, les cheveux bruns et sales couvert par un bandeau noir et sertis de perles d’origine inconnue par ma pauvre connaissance du monde.
– Vous avez déjà été en prison ?
– bien sûr !
– Je veux dire, que, hum, vous êtes un pirate n’est ce pas ?
– oui capt’ain
– Je croyais que lorsqu’on tenait un pirate on le tuait tout de suite ?
– Ah ! Mais si le pirate s’enfuit ?
Cela changeait tout. Mais comment avait il fait pour s’enfuir d’une prison, sachant que dans les Caraïbes, le sort des pirates était le plus terrible du monde ?
- Comment avait vous fait ?
- Pour tout t’avouer et parce que je suis la dernière personne que tu verras, j’ai été aidé.
- Par qui ?
- Ah ! Secret de pirate ! Ce que je peux te dire, c’est qu’ils ne vont pas venir cette fois ci…

8 commentaires

  1. Anonyme

    T’es prète pour la critique ?

    Bon, je passe sur l’histoire, on aime ou pas (je trouve pas ça ultime, mais j’ai d’autres histoires de pirates en tête, c’est pour ça)..

    Y’a des erreurs de temps, detemps en temps, ça sonne mal. Tu fais trop de phrases courtes, et tu passe trop vite à l’action suivante (il amnque des descriptions – à quoi ressemble le héro ? le bateau qu’il veut voler ? etc …) et surtout, il n’y a pas d’ambience, on dirait que tu te contentes de relater des faits.

    Dans un texte, on nutilise pas le language famillier et l’argot, sauf bien sûr dans une conversation (pointer est un mot famillier, voire de l’argot).

    Pas mal d’irréalisme nuit à l’histoire. On ne vole pas des bateaux seul, ou tout du mons tu laisse entendre une histoire dans un monde « réaliste » et tu sorts des trucs de ce genre … ^^

    Y’a d’autres trucs qui me chagrine, mais je vais pas tout mettre là. Et puis y a des trucs bien aussi : les phrases sont claires, bien construites.

    Ecris la suite, pour voir ^^

  2. Anonyme

    y’a un petit truc qui me gêne :
    tu dis « Il y a déjà 10 ans que je rêve de devenir pirate (…)Tout ce que je sais c’est qu’elle a germée et grandit dans mon petit esprit de 13 ans. Me voilà maintenant un grand de 17 ans »
    je crois pas que 17 – 13 = 10
    je suis ptet nulle en math, mais faut pas éxagérer ^^

  3. Anonyme

    SAlu ton début distoir é bien ca seré bien ke tu mette la suite.Vu lé comentére ke ta mi la focheuse tu riske de chanG d chose dan la 2°parti mé ne le fé pa pck snon ca nira plu avec le débu d istoir.En tt ca je trouve ca tré bien come istoir c tré imaginati.Sachan ke dan le mnde dé pirate il y a d truc iréaliste ton istoir corespon assé.Je mi coné pa é je m eméle lé pinco alor je te lesse.Bisoué bon courage pr la suite.

  4. Anonyme

    ou la la swety girl g honte de moi !!!
    Je lui avé mis 1 otre âge (23 ans=13+10!!) mé g changé pour 17 ans é g oublié ce détail !!!!!
    Bravo tu pouré fére prof de math (pour jeune tiftif ignorante é complétement débile…)

  5. Anonyme

    salut! pour commencer j’ai une petite question : pour le titre, tu t’es inspiré de « entretien avec un vampire » de Anne Rice? sinon, l’histoire est pas mal, il y a de l’idée, mais pour certaines critiques, je suis d’accord avec LaFaucheuse…
    - Decris plus ton personnage, il doit paraître réel, avoir une vie avant cette histoire, et en dehors de ce rêve, une personne est bien plus qu’un reve!!
    -Ne pas dévoiler tout de suite le nom d’un personnage peut donner du suspens a l’histoire, mais faire la meme chose pour tous les personnage finis par embrouiller l’histoire… tes phrases sont claires, mais je trouve qu’il y a certains passage assez flous…
    -Encore une fois, je vais donner raison a la faucheuse : voler 8 bateau, ou meme rien qu’un seul, en etant seul, est, a moins de s’appeler James Bond, mission impossible.
    - ensuite, tu t’es inspiré de trop d’histoire connue pour ecrire celle la, on peut par exemple penser a pinocchio lorsque tu parles du bateau avalé par une baleine, n’oublie pas que c’est ta propre histoire, et que quelques idées tirées d’un autre livre sont permises, mais le plagiat ne sert a rien…
    - Pour finir, devellope ton propre style, j’ai l’impression (et ce n’est p-e qu’une impression) que tu essaie, par moment, d’imiter le style de quelqun d’autre, c’ets pas le but, et d’ailleurs, ecrire tout un roman en imitant un style, c’ets tres dur..

    voila sinon bonne continuation, comme je l’ai deja dit, il y a de l’idée, et ne prends pas forcement mes remarques au serieux, je peux me tromper, de plus il ne s’agit la que de mon avis personnel ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>