Environnement : Feu vert pour Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo

L’ambition semble claire, le Président de la république a appelé à « une révolution dans nos manière de penser, dans nos politiques, dans nos objectifs. » Une telle volonté affichée semble en tout cas séduire les écologistes présents au grenelle de l’environnement. Nicolas Hulot parle d’un grenelle d’une grande efficacité, et lui donne la note de 18/20. Cet avis est partagé par tout les autres écologistes présents qui ajoutent même un grenelle original. En effet, l’originalité de ce grenelle étant qu’il s’est déroulé dans l’exercice de la négociation à cinq : Etat, collectivités, ONG, Syndicats, patronat. Autant d’organisme ayant des objectifs communs mais des intérêts différents. Ce grenelle a cinq ; montre la volonté d’efficacité du chef de l’état. Lequel déclare même que « Ce ne sera plus aux solutions écologiques de prouver leur intérêt. Ce sera aux projets non écologiques de prouver qu’il n’est pas possible de faire autrement » Il annonce même un gel sur la création des nouveaux sites nucléaires et montre autant de réserve quant à la question des OGM. Difficile de croire que c’est notre président Sarkozy qui tient un tel discours après une campagne où l’environnement n’était que vaguement abordé. Lui-même l’admet : "Pour qu’un homme comme moi tienne ce discours, c’est que la France est en train de changer" Quoi qu’il en soit, le ton est donné. Sarkozy en veut ; mais il semble avoir omis quelques réalités.

Effectivement les belles paroles c’est jolies, mais qu’en sera-t-il des actes ? A ce sujet, le gouvernement est en droit de montrer certaines réserves. Le point le plus important étant la situation des finances publiques. Déjà dans le rouge depuis trop longtemps, les mesures écologiques du gouvernement pourraient alourdir encore l’adition déjà bien salée. Par exemple, Le lancement d’un programme d’isolation de l’habitat coûterait dans les 20 milliards d’Euro à l’état. A cela vient s’ajouter le contexte politique. Il ne faudrait pas, en effet prendre des mesures impopulaires dans le but de ne pas perdre les élections municipales de 2008. Ainsi, la réduction de la vitesse de 10km/h sur les autoroutes ne pointera pas le bout de son nez avant Avril 2008. N’oublions pas non plus le clash entre certaines ONG et la FNSEA (fédération national des syndicats des exploitants agricoles), dans le domaine agricole. Les Uns voudrait voir une baisse de 50% de l’utilisation des pesticides voire même, une suppression totale des substances les plus dangereuses. Enfin, l’état aimerait ajouter une taxe supplémentaire sur les activités utilisant les énergies fossiles ; mais le Medef représenté par Laurence Parisot s’y montre défavorable.

La lutte pour la protection de l’environnement est donc encore un défi à relever. Un bout du chemin à était parcouru, mais il reste encore beaucoup d’étape à passer avant d’arriver à des résultats et à des mesures concrètes. Pour ce faire Nicolas Sarkozy devra s’atteler à deux tâches : la première, traduire le discours en actes, la deuxième, faire adhérer la majorité de l’assemblée nationale à ses objectifs. En tout cas ; Nicolas Sarkozy semble faire l’unanimité en matière d’environnement. Une unanimité, qui semble la bienvenue au lendemain d’un vif débat au sujet du test ADN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>