Eurovision 2010 : Oslo passe la flambeau à Berlin.

C’est un de plus grands événements européens, le concours Eurovision est une compétition de chant où chaque pays envoie un artiste pour le représenter. Comme chaque année, 25 pays ont concouru et c’est le public qui s’est mobilisé et qui a voté pour le candidat préféré. La seule règle : on ne peut pas voter pour son pays afin d’assurer une certaine impartialité.

Comme tout grand évènement, le concours génère d’importants enjeux financiers : le budget cette année était de 25 millions d’euros et les installations étaient très impressionnantes (nombre incalculables de caméras en travelling et liaisons satellites sur le plafond pour les votes). L’édition d’Oslo a été, cependant, plus modeste que la précédente en Russie où le pays avait investi dans de nombreux décors et une entrée fracassante du Cirque du Soleil.

A côté de ça, l’Eurovision ne semble pas avoir changé d’un iota son image : les chanteurs sont toujours aussi peu représentatifs de la tendance musicale actuelle, les costumes sont d’un autre âge, l’abondance de paillettes et de strass nous emmènent à la limite de l’overdose et le tournoiement incessant des caméras à la limite de l’écœurement. Avec une recette qui vieillit mais qui ne change pas, l’Eurovision a perdu 2 millions de spectateurs français cette année. Néanmoins, l’Eurovision conserve un score d’audience relativement bon puisque 20% de la population ont suivi la soirée sur France 3 animée par  Cyril Hanouna et Stépahne Bern.

La France souvent malchanceuse à ce concours n’a pas dérogé à la règle : Jessy Matador avec son tube de l’été très zouk « Allez ola olé » (les paroles n’entrent pas en ligne de compte fort heureusement…) a beau avoir mis le feu au public, rien n’y fait, il se classe seulement à la 12ème place du concours. C’est moins bien que l’année dernière puisque Patricia Kaas s’était placée en 8ème position. Le candidat français reste pourtant fier de son travail et de son équipe : « Le public était avec nous. Si ça avait été à l’applaudimètre, on aurait eu une meilleure place. Ici, à Oslo, on a vraiment créé la sensation et je crois que les gens s’en rappelleront ».

Le prochain pays à recevoir le concours sera donc l’Allemagne puisque sa petite protégée pourtant peu médiatisée dans le pays, Lena Meyer-Landrut a largement séduit le public et a ainsi remporté aisément le concours. A noter que sa chanson « Sattelitte » était en anglais : on peut se demander si le pays a connu la même polémique qu’en France en 2008 où Sebastien Tellier avait défendu nos couleurs avec une chanson en anglais au grand dam de certains puristes.

Dans le trio de tête, c’est la Turquie et la Roumanie qui sont venus rejoindre l’Allemagne sur le podium.

Ce ne sera pasune grande déception pour la France assez peu concernée par la question. Surtout si l’on en croit certains qui affirment que les représentants français sont choisis selon une stratégie qui viserait à réussir à bien se placer dans le palmarès tout en s’assurant de ne pas gagner afin que la France ne soit pas contrainte d’organiser l’Eurovision sur son territoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>