Exposition universelle Shangaï 2010 : Focus sur le pavillon français

Ce n’est pas la première fois que Jacques Ferrier dirige un projet de grande envergure en Chine. Effectivement : le campus diplomatique de la France à Pékin, la nouvelle gare ferroviaire de Changsa, le complexe éducatif de Qingspu à Shangaï, font parties de ses plus fameuses réalisations. C’est donc tout naturellement que la France a fait appel à lui pour dessiner ce pavillon français. Jacques Ferrier s’est alors associé au scénographe Ruedi Baur et aux paysagistes de l’agence Ter pour mener à bien cet ambitieux projet.

Avec un budget de 50 millions d’euros (apporté par des entreprises et l’Etat), le pavillon français fait partie des structures les plus spacieuses de l’exposition : le bâtiment est entouré d’une résille blanche en béton très léger suspendue sur un plan d’eau avec à l’intérieur un jardin à la française planté à la verticale et un auditorium de 250 places. Afin de mettre faire un clin d’œil aux chinois, la disposition du pavillon a été effectuée de la même façon que les bâtiments traditionnels chinois ; pour exemple : le visiteur entrera dans le pavillon par le sud. De même pour s’axer sur le thème de l’exposition de développement durable choisi par la Chine, la structure s’est équipée de panneaux solaires et d’un système de recyclage de l’eau afin d’économiser l’énergie au mieux.

Chaque pavillon pouvant choisir en plus un thème qui lui est propre : la France a décidé de proposer un parcours initiatiques des cinq sens en y ajoutant: l’équilibre et le mouvement. Les visiteurs, à travers leur parcours, verront leurs sens être sollicités par des ambiances, des senteurs et des vues à la française. Ainsi, on pourra y trouver : deux restaurants gastronomiques (Frères Pourcel), un jardin, une fresque vidéo de paysages français, des diffusions de vidéos de Paris, parfois un peu clichées. Mais le clou du spectacle est certainement la mise en avant d’œuvres d’art prêtées gracieusement par le Musée d’Orsay : sept en tout dont six tableaux et une sculpture, tous essentiellement du XIXème dont« L’âge d’Airin », sculpture d’un nu masculin de Rodin, « L’Angelus » de Millet, « Le Repas » de Gauguin, « le Balcon » de Manet… Ainsi les visiteurs pourront découvrir la culture française sous toutes ses coutures.

Agnes

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>