Faim de vivre

C’est devant l’objectif du photographe italien Oliviero Toscani qu’Isabelle Caro était sortie de l’ombre, pour dénoncer le diktat de la maigreur dans le milieu de la mode. Les affiches, volontairement choquantes, avaient pour but de « réveiller les consciences ». « Cette photo sans fard et sans maquillage ne me met pas en valeur. Le message est fort : j’ai du psoriasis, la poitrine qui tombe, un corps de personne âgée » avait elle déclaré, espérant ainsi aider les jeunes filles piégées dans l’enfer de l’anorexie.

Très médiatisée, cette campagne l’avait aidée à se reconstruire. Un livre « La Petite Fille qui ne voulait pas grossir », comme un exorcisme personnel, avait d’ailleurs été publié à la suite.
A 30 ans, ce n’est pas directement l’anorexie qui a emporté Isabelle Caro, mais une pneumopathie foudroyante, certainement aggravée par la faiblesse de son corps.

Un drame qui rappelle qu’en France, l’anorexie touche 30 000 à 40 000 personnes.

Réagir sur le forum sur l’anorexie

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>