Fela Anikulapo Kuti : Le King de l’Afro-beat

 

Face à cela, la jeunesse du Nigeria vient écouter nombreuse les chansons d’un certain Fela Anikulapo Kuti. Des chansons durant une quinzaine de minutes qui dressent de virulentes satires sur le pouvoir en place. Ses textes sarcastiques dénoncent l’incompétence du pouvoir,  les crimes et la corruption. En 1974, Fela Kuti, provocateur et révolutionnaire, dresse une clôture autour de sa propre demeure et auto-proclamme le lieu Etat indépendant. La Kalakuta Republic, dont il est le « Black Président ».

Fela Kuti est avant tout un chanteur et saxophoniste extraordinaire. Il est l’inventeur de l’Afro-Beat, une combinaison de jazz et de rythmes africains dans une atmosphère soul et funky. Une sorte d’Afro-Jazz Funk qui nous emporte dans les rues fourmillantes de Lagos. Les percussions s’entrelacent et le punch des guitares et des cuivres  nous entraînent dans un tourbillon funky. Une voix sans concession et des textes arrosés de ferveur contestataire. Fela Kuti nous emporte dans les sphères musicales de l’Afrique. Sa notoriété grandit chaque jour un peu plus et ses disques commencent à se vendre par millions. Il devient ainsi le porte-parole des laissés pour comptes. A Lagos, au cours du Festival for Black Arts and Culture de 1977, Fela Kuti chante « Zombie », véritable pamphlet contre le pouvoir militaire en place, qui devient très populaire dans toute l’Afrique. Un cri de ralliement contre la junte du dictateur local.  Le « Black President » doit faire face à la censure de toute dictature. Les représailles seront violentes, sa maison sera saccagée et sa mère défenestrée du premier étage. Il raconte d’ailleurs cet épisode dans la chanson « Unkown Soldier ». L’homme épouse 27 femmes le jour de l’anniversaire de la fondation de la République de Kalakuta. Des danseuses et choristes de son groupe pour la plupart. Son engagement va s’avérer de plus en plus intense. Il crée son propre parti politique Movement Of the People, mais sa candidature est refusée aux élections de 79 et 83. Après différents séjours en prison pour détention de cannabis, orchestrés par le pouvoir dictatorial Il va continuer à diffuser la culture et rythmes africains en Europe et aux Etats-Unis. Il est à l’origine de l’Africa Shrine, sorte de "foyer" ou les habitants de Lagos principalement les jeunes viennent se réunir pour faire de la musique ou bien d’autres activités pour une éventuelle réinsertion.

Fela Kuti disparaît le 2 août 1997, la nation entière est en deuil et pleure sa disparition. Affecté par le « mal africain » et surtout meurtri par les nombreux sévices dont il a été victime tout au long de sa vie. Consacré chef spirituel du Nigeria sous le nom de « Abami Eda », il restera à jamais une figure emblématique du pays. La discographie de l’artiste est impressionnante avec cinquante albums enregistrés en vingt ans de carrière. L’afro-beat reste une histoire de famille, Femi et Seun Kuti ont repris le flambeau et font partis des grands noms de ce style musical.

 

Le black président a éjà disparu depuis 10 ans mais son nom reste indélébile dans l’histoire du Nigeria et de la musique africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>