Feloche – La vie cajun

Du punk ukrainien à l’électro cajun, le petit Parisien a fait un sacré bout de chemin.. Il se prénomme Félix, se surnomme Féloche, fan de Prince, de sa « Parade » qui le convie dans le monde magique de la musique. En 2007, il autoproduit un premier EP, cinq titres qui frappent en pleine tête Solal, lui-même trempé des pieds à la tête dans le Moonshine.


Féerique Féloche ? La cuisine cajun, une mandoline fétiche et un accordéon dézingué qu’il filtre à celui de la musique électronique. Tel est l’univers de ces treize titres qui traduisent à sa manière toute singulière son goût pour le bayou louisianais : celui de Féloche a des parfums de périphérique, « le marécage de la banlieue » comme il dit. Au programme une contrebasse au son épicé et des cordes emberlificotées, des morceaux autobiographiques et des textes plus fantasmagoriques, une chanson à la coule et un gimmick bien énervé, une valse techno sur fond de réverb’ et un délire psycho-slavo-déglingo-punk en souvenir de ses années VV… « Mais pas de guitare ! ». Féloche convie à son gumbo des potes musiciens de toutes les époques : sa bande de Parisiens, mais aussi le New-Yorkais Sxip Shirey, « un clown performer et un sacré human beat box », qui joue de l’harmonica passé dans un octaveur, mais encore l’Ukrainien Alexander Sasha Pipa, alias Shurik, bassiste à la personnalité digne de « Spinal Tap ». Last but not least, Dr John lui répond au piano et de la voix sur « un texte provoc, comme un appel où je parle de son maraboutage et lui évoque les dieux vaudous et divinités créoles. »

L’album de Féloche sonne comme une évidence, comme une boucle idéale dans ce drôle de parcours faits d’allers en détours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>