Grèves, c’est reparti

Ce sont les cheminots qui ont débuté le mouvement de grève mardi 13 novembre, rapidement suivis par les services de l’énergie, de l’éducation, et la culture. Ce mouvement s’organise contre la réforme des régimes spéciaux, entreprise par le gouvernement de François Fillon. Une grève qui est dite reconductible, c’est-à-dire sans délimitation précise dans le temps. Une aventure qui a donc sa part d’inconnue. Surtout que la fermeté affichée par Nicolas Sarkozy a de quoi décourager le plus téméraire pronostiqueur sur l’issue du mouvement. Le temps est à l’orage, et l’orage devrait s’étendre.

En effet, le calendrier du mois de novembre est chargé pour les grévistes. A la SNCF, sept des huit syndicats de cheminot ont appelé à la grève reconductible. Leurs confrères de l’énergie suivent le mouvement et pourraient déclencher des coupures d’électricité ciblées. Le personnel de l’Opéra de Paris et de la Comédie-Française, concerné par la réforme, a déposé des préavis de grève. Enfin, l’éducation tient son rôle puisqu’en plus d’avoir bloqués certaines facultés, des étudiants prévoient la dangereuse initiative de bloquer certaines gares.

Un bras de fer qui en rappel d’autre, le dernier en date fut la longue bataille contre le CPE. Et les français devraient en voir s’autre d’ici la fin de l’année, puisque les syndicats de la fonction publique, de l’éducation et de La Poste appellent à la grève le 20 novembre. Ils laisseront la place aux buralistes le 21 novembre, et c’est finalement les magistrats qui descendront dans la rue le 29 du mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>