Histoire d’un rêve

Dans mon rêve, tout commence un matin, en cour de français.
Comme à mon habitude, je suis à côté de Benjamin au fond de la classe, en train de parler de tout et de rien et de rire de m’importe quoi devant la prof qui a depuis bien longtemps renoncé à nous faire taire.
C’est le jour d’un contrôle, mon voisin se penche vers la droite pour regarder ma feuille (très disctrètement, il fait un boucan pas possible avec ses feuilles et toute la classe se retourne pour voir ce qui se passe ^^ »’).
Jusque là, tout est normal, tout est comme d’habitude.
La cloche du collège sonne, dans un bruit infernal de discussion et de portes qui s’ouvre, on rend tous nos copies, pressés de sortir.
Justine et Adrien trainent encore, n’ayants pas finis les questions, comme dab…
Je rejoins Carolanne puis je sors, et soudain une main plutôt moite attrape mon bras.
Je me tourne et j’apperçois Benjamin, les sourcils froncés en une expression d’inquiètude, je ne l’avais jamais vu ainsi, d’habitude il ne s’inquiète jamais, il fonce toujours vers l’avant avec un grand courage, en faisant un peu son macho sur les bords…
Il me prend serre les doigts et transpire de plus en plus… encore plus étrange.
On atteint la cour, toujours reliés par nos mains.
Et là, il se rapproche encore et encore, jusqu’à ce que nos nez se frôlent.
Je penche là tête, interrogative.
Il ne trouve rien d’autre à faire que fermer les yeux et produire un son inperceptible.
Je souris et je lui murmure de répêter.
« Je t’aime », c’est ce qu’il répond.
Je prend son visage entre mes doigts, et, tout à coup, l’embrasse.
Je sens ses lèvres si douces contre les miennes.
Un parfum sucré s’intègre dans ma bouche, un parfum si délicieux.
On s’embrasse passionément, enfin libérés.
Benjamin perd sa timidité soudaine qu’il avait eut peu avant. Toutes mes amies me regardent, étonnées.
Elles savent que je suis heureuse, que j’ai eus ce que je voulais.
Elles savent que ce bonheur est pour moi immence, que je redeviendrais joyeuses, enfin.
Le goût de se baiser reste encore sur mes lèvres, à la fin de cette scène.
J’ai changé, pour toujours

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>