histoire

Elle s’appelle Maéva., elle a 16 ans. Là, elle attend le bus qui la reconduira chez elle. Elle s’en veut d’avoir oublié son baladeur dans les casiers du lycée.
Elle vit que de ça, de musique, c’est sa passion. Elle s’entasse dans le bus, chose que la plupart des gens détestent mais qu’elle adore. Elle regarde autour d’elle les gens, et s’invente des histoires. Elle croise le regard de certain et s’empresse de tourner la tête, rouge de honte.

Charles est dans le bus lui aussi. En regardant devant lui, il croise le regard de Maéva. Son manège le fait sourire, elle est gênée, baisse la tête et lui la regarde.
Il trouve qu’elle a un charme fou, et rêve de lui parler un jour. Parce qu’il est plus petit qu’elle, parce qu’il est timide, parce qu’il n’est pas beau il sait que ce jour n’arrivera pas.
Alors il se contente de la regarder, et gardera un sourire béat jusqu’à ce qu’elle descende du bus et qu’il ne la voit plus.

Elle sent un regard posé sur elle, mais elle n’ose pas tourner la tête. De toutes façons elle sait que c’est lui. Elle a honte de penser ça, parce qu’elle se fait sûrement des idées, et si leur regard se croisent aussi souvent c’est seulement par inattention. Elle le trouve pas mal, il a un truc qui lui plait, mais il a un an de moins qu’elle. Et ça se voit sur son visage. En plus il est plus petit qu’elle. Mais bon il est quand même mignon…c’est vrai il lui plait.

Le bus arrive, elle descend, lui aussi mais elle ne le sait pas. Ils vont tous deux prendre leur deuxième bus, et c’est là que leur chemin se quittent. Il la suit discrètement, respire fortement pour surprendre une bribe de son parfum et profiter le plus possible d’elle.

Pierrick marche en direction de chez lui, son portable à la main. Il a décidé de lui écrire un texto. Parce qu’il a ramé pour avoir son numéro, et surtout parce qu’elle le hante jour et nuit.
Il entend son rire raisonner dans sa tête, il l’imagine les écouteurs sur les oreilles à regarder les gens passer. Ca fait 2 ans que c’est comme ça, et cette fois c’est décidé il va lui écrire. Et si elle décide de le fuir et bien…bah de toutes façons il ne lui a jamais parlé donc la différence ne sera pas énorme…et puis non, il n’écrira pas, parce qu’il ne supporterait pas l’idée qu’elle le fuit, et parce qu’après tout ça fait ringard d’envoyer un texto. En plus il ne sait pas quoi écrire. Mais il n’en peu plus de ne pas pouvoir l’approcher…Allez on y va :
« Slt j’mapel Pierrick, je sais pas si tu vois qui je sui… »oh nan ça fait vraiment ringard…
« Slt ma belle.. » pffff…salut ma belle mais n’importe quoi moi…

Maéva était dans le bus depuis 15 minutes quand son portable vibra. Elle le sera fort contre elle pour étouffer le bruit. Elle ne voulait pas se faire remarquer. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle pour vérifier que personne n’avait remarqué et lu le message qu’elle venait de recevoir.

« Slt, voilà moi c’est Pierrick et je técri parce que depuis quelques temps je t’ai remarquée au lycée, et j’aimerais beaucoup faire ta connaissance. Je sais pas si tu vois qui je suis, j’ai croisé ton regard quelques fois parce que j’avoue je te regarde pas mal…rep moi si ça te dis. »

Un frisson la parcouru, et un sourire éclaira son visage. Pas que Pierrick soit quelqu’un de particulièrement beau, et puis elle ne le connaissait pas, mais le plaisir d’avoir reçu un message de la sorte comblait le reste.
Elle essaya de se rappeler de Pierrick. Elle ne lui avait jamais parlé, mais elle connaissait approximativement tous les noms des élèves du lycée.
Elle avait déjà croisé le regard de Pierrick c’est vrai, mais sans y faire vraiment attention.
Il avait la peau matte, elle ne se rappelait plus de la couleur de ses yeux. Mais elle voyait clairement la bande orange fluo qui faisait ressortir ses chaussures. Oui elle se rappelait de Pierrick. Le stress l’envahit d’un coup à l’idée de lui répondre. D’un caractère gai et enjoué, Maéva racontait généralement n’importe quoi à ses amies et n’avait pas honte de se faire remarquer, mais dès qu’il s’agissait de personnes inconnues, elle était très renfermée.
Par texto c’était pourtant facile, et puis au pire il serait déçu mais elle ne perdrait rien.
Elle décida donc de répondre à ce jeune homme.

Pierrick avait les mains crispées sur son portable et attendait avec impatience une réponse.
Il avait rapidement dis bonjour à ses parents et s’était enfermé dans sa chambre en prétextant n’avoir pas faim. Il se sentait d’un coup complètement vulnérable et son cœur battait la chamade. Quand la réponse arriva, il cessa de respirer et avec un empressement surnaturel il activa son portable pour lire le message.

« Je dois t’avouer que ton message m’a quelques peu surprise mais c’est avec grand plaisir que je ferais connaissance avec toi. Je ne peu rien te promettre pour l’instant sinon de te répondre…alors faisons connaissance ! »

Se rendait-elle compte du bonheur qu’elle lui procurait ? Pierrick était fou de cette fille, sans la connaître. Franchement il connaissait déjà tout d’elle. Il la connaissait par cœur et en rêvait tellement souvent…S’en suivirent une dizaine de message dans l’après midi, qu’il recevait comme un trésor. Comme s’ils se connaissaient déjà, ils se parlèrent de leur vie respective.
Pierrick crut devenir fou quand elle mit plus de 2h à lui répondre.

Ce Pierrick l’impressionnait et la rendait mal à l’aise en même temps. Maéva avait l’impression qu’il la connaissait déjà, qu’elle ne lui apprenait rien en parlant d’elle, mais ces petits messages drôle et touchant lui permirent de passer une très bonne après-midi.
Elle songea à lui, se rongeant les doigts à l’idée de le croiser le lendemain au lycée, ne sachant pas quoi faire en le croisant…

Pierrick se coucha ce soir là après avoir envoyé un message à Maéva et s’endormit en serrant son portable contre lui comme son bien le plus précieux.

Le lendemain Maéva retrouva ses amies sans oser leur parler de Pierrick. Elle ne le croisa pas de la journée ou fit semblant de ne pas l’avoir vu et continua son chemin.
Elle croisa Charles, ses cheveux noirs en bataille et son regard vide, et baissa le regard dès que celui ci leva les yeux.*
Il n’avait pas cessé de penser à elle. Il s’était imaginé dans les pires situations, en super héros à la sauver d’un accident, à danser serré contre elle et l’embrassant tendrement.
Sa présence l’envahit et il crut s’évanouir de plaisir de l’avoir frôlée.

Pierrick avait croisé Maéva mais elle ne l’avait pas vu. Le ciel s’était écroulé sur sa tête.
Et oui tiens, tu ne croyais pas qu’elle allait te sauter au cou non plus…si justement…
Elle était encore plus magnifique que les autres jours. Il l’aimait de plus en plus, bien qu’il crut que ce ne fut pas possible.
Ce soir là, il lui renvoya un message, et leur petit jeu reprit.
Il lui demanda si elle lui permettait qu’il lui dise bonjour le lendemain. Bien sur elle l’autorisa, riant du fait qu’il lui pose la question. Vraiment, elle ne se rendait pas compte. Pierrick lui était au 7eme ciel.

« Bonjour mademoiselle »
Un souffle venait de lui parcourir la nuque, et elle se retourna vivement.
Tout d’abord gênée elle finit par se lâcher, et ils parlèrent 5 minutes, de tout et de rien, avant que la sonnerie du lycée retentisse.
Il la quitta à contre cœur, après l’avoir regardé avec des yeux si tristes qu’elle en aurait pleuré.
Il lui plaisait de plus en plus. Il était drôle et semblait tellement s’intéresser à elle…elle s’en voulût d’ailleurs de se laisser aller, juste parce qu’il faisait attention à elle.

Penché à la fenêtre du 2eme étage, Charles observait la scène. Il l’avait vu arriver, et enfin il avait vu s’approcher cet individu qui s’était permis de se nicher dans son cou. Bon d’accord s’était un grand mot, il s’était juste approché mais il lui avait parlé, l’avait fait rire.
Charles sentait son corps s’effondrer, et les larmes remplissaient ses yeux.
Il se dirigea vers sa salle de cours, désespéré et triste comme il n’eut jamais été.

Evidemment Maéva eu le droit aux réflexions de ses amies qui lui demandèrent qui était ce fameux jeune homme. Tout en restant vague elle leur expliqua et fût accompagner toute la journée de « wouuu Maé a un admirateur.. ». Z’êtes chiantes les filles répondait-elle avec un sourire jusqu’aux oreilles.

Ce soir là, Charles rentra chez lui et grava le nom de celle qu’il aimait au cutter sur son bras. Puis sur sa jambe, ses pieds, son ventre, son cœur.

La relation entre Maéva et Pierrick évolua vite. Ils passaient de plus en plus de temps ensemble. Maéva l’aimait beaucoup, mais Pierrick était fou d’elle. Il lui avait dit dès le début d’ailleurs. Enfin pas comme ça, par texto. Il lui avait dit que même sans la connaître il était amoureux d’elle. Elle avait esquivé le sujet admirablement. Depuis ils évitaient d’en parler.
Ils passaient leur temps libre ensemble et leurs soirées à s’envoyer des textos.
Maéva ne regardait plus autour d’elle comme elle le faisait d’habitude, elle ne remarquait plus rien, et Charles lui s’en rendait bien compte. Il les voyait ensemble tous les deux, d’abord 5 minutes le matin, puis le midi, et enfin entre chaque heures de cours. Il les voyait se chamailler, et mourrait à petit feu.

Maéva lisait, allongée sur son lit. Elle ferma les yeux, réfléchissant à sa journée, elle la reviva.
Et là dans ses rêves, elle l’aperçut. Charles tournant vers elle des yeux d’une tristesse à mourir. Il la regardait, mais elle était passée sans voir. Elle…
Bzzzz…texto.

« Maéva voilà il faut que je t’en parle parce que ça devient trop dur pour moi. Je te l’ai dit dès le début que j’étais amoureux de toi, et t’as esquivé le sujet à chaque fois que j’ai voulu t’en parler, mais voilà je suis fou de toi, je rêve de toi je ne pense qu’à toi et c’est trop dur. Maéva j’en peu plus, je t’aime vraiment trop…il faut que tu me dise si je cours après du vent »

Oh nan Pierrick stp nan ne me fais pas ça maintenant…

Pierrick avait risqué le tout pour le tout. Soit il la perdait, soit il pourrait le serrer dans ses bras. Difficile décision mais c’était trop dur, maintenant qu’il l’avait, d’être avec elle sans la toucher, à regarder ses lèvres bouger et ses mains dans ses poches.
Il fallait qu’il essaye. Elle ne répondait pas. Elle ne lui répondrait pas, il le savait.
Il se mit à pleurer, parce qu’il était vraiment fou de cette vie, et que si elle l’abandonnait peut être qu’au fond il n’y survivrait pas. Oh Maéva…
Maéva avait passé une nuit agitée, perdue entre Pierrick et Charles. Dans le bus pour descendre au lycée, se demandant comment allait se passer la journée avec Pierrick, elle croisa le regard de Charles. Toujours triste, toujours sombre, on aurait dit qu’il la suppliait.
Elle respira a fond.

Charles avait vu Maéva monter dans le bus. Il était aussi joyeux de la voir qu’il était triste de repenser à la réalité.
Mais elle se faisait un passage par mis la foule et en sa direction. Ses battements de cœur s’accélérèrent et ses jambes se mirent à trembler. Il la fixait, tant qu’il n’entendit même pas qu’elle lui parlait. Elle souriait, il se rendit compte qu’il avait la bouche ouverte et la referma pour finalement lâcher un « pardon » pour qu’elle répète.
Elle avait l’air un peu gênée elle aussi, alors il se ressaisit.

Elle lui avait demandé l’heure…pas très original mais bon après tout elle était aller lui parler a cause de ce qu’elle avait vu dans un rêve…
D’abord désemparé, elle le sentit se rassurer, et ils parlèrent tous les deux durant le voyage.
Commençant par se dire leur prénom respectif, ils parlèrent ensuite de la vie, du bus, il avait un sourire d’enfer et avait beaucoup d’humour.
Elle serait bien restée dans le bus avec lui. Elle le lui dit.

Ben viens, on reste ! Tout le monde va descendre là, on pourra s’asseoir, on loupe juste la première heure, on fait un aller retour…
Il avait osé lui demander ça…elle allait dire non évidemment, c’est une fille sérieuse et il se connaisse même pas.
Sourit encore Maéva…c’est toi qui me fait vivre…allez c’est pas grave on descend, mais répond moi..

Bon j’peux bien lui dire oui après tout. Une heure c’est rien et c’est exeptionnel, pis on s’amuse bien quand même..allez.. Ok on reste lâcha–t-elle.

Wouhouuuuu elle a dit oui !

Ils s’installèrent au fond du bus, parlèrent de musique, il faisait de la guitare et elle du piano, ils aimaient la même musique, ils se mirent même à chanter.
Elle rigolait sans cesse et lui était plus aux anges.
Ils finirent leur aller-retour, elle avait reçu un texto de Pierrick en chemin, elle l’avait su sans regarder mais ne voulait pas vérifier devant Charles.
Ils arrivèrent au lycée quand la sonnerie retentie pour la deuxième heure.

Pierrick n’avait pas vu Maéva arriver, il l’avait attendu pourtant, mais elle n’était pas venue.
Il lui avait envoyé un texto, elle n’avait pas répondu. Son cœur était brisé, il était allé en cours.
En sortant il avait regardé par la fenêtre et ils les avait vu. Ils riaient tous les deux. Ils les avait vu sortir leur portable, et imaginé que Maéva lui avait donnée son numéro. Par ailleurs c’était vrai…il l’avait évité toute la journée, elle s’en sentait plus ou moins soulagée car elle ne savait pas quoi lui répondre par rapport au texto de la veille.
Sa journée s’était plutôt bien passée, elle avait mangé avec Charles, elle prit le bus retour avec lui et s’en voulut quand même en rentrant chez elle de n’avoir pas cherché Pierrick.
Aucun des deux n’envoyât de texto à l’autre, mais les deux gardait leur portable sur eux en attendant un message.
Charles avait passé la meilleure journée de sa vie. Il écoutait les chansons qu’ils avaient chantées ensemble, et il rêvassât toute la soirée se remémorant cette magnifique journée.
Pierrick transformait sa tristesse en haine et arrachait tout ce qui lui tombait sous la main, retenant ses larmes et s’empêchant d’écrire à Maéva.
Celle-ci, désemparée, avait fini par éteindre son portable et se coucher pour oublier tout ça.

Le lendemain, ne commençant pas à la même heure, Maéva ne prit pas le même bus que Charles. A 10h elle croisa Pierrick.

Quand il la vit, tout son corps se mit a trembler, il ne savait plus quoi faire.
Il ne pourrait pas l’éviter de toutes façons, une journée sans elle avait déjà été trop dure a vivre. Alors il se lança.

Pierrick s’était mis à genoux devant Maéva. Elle était interloquée, elle le fixa.

« Je suis amoureux de toi Maéva. Je ne peux pas vivre sans toi. Si t’es amoureuse de l’autre gars c’est pas grave, tant pis je ferais avec mais je voudrais être avec toi Maéva…je t’aime plus que ma propre vie, et je ferais tout ce que tu voudras et… »

Plus assez de force pour continuer, il s’arrêta.
Maéva réprima un petit sourire en s’imaginant qu’il parlait de Charles.
Lève toi lança-t-elle d’un ton déconcertant. Il la regarda. Lève toi !
Il se leva et baissa la tête. Elle s’avança et se serra contre lui. Elle passât ses mains derrière le dos de Pierrick et il en fit autant. Elle tremblait, elle pleurait.
Elle n’en revenait pas. Elle se sentit d’un coup craquer et se laissa aller.
Il lui demanda doucement ce qu’il se passait, et lui dit qu’il ne fallait pas qu’elle se force, que si elle ne l’aimait pas il se contenterait de rester amis, parce qu’il l’aimait trop pour la voir souffrir.
Ca avait été horrible pour lui de dire ça, sachant qu’il ne vivrait pas s’il il n’était que son ami.
Elle relevât sa tête et ses yeux pleins de larmes le regardèrent.
Elle l’embrassa. Il la serra plus fort contre lui et lui rendit son baiser.
Ils se quittèrent 10 minutes plus tard, la sonnerie ayant retentie depuis déjà quelque temps.
L’après midi de ce même jour elle croisa Charles, caché derrière une porte, en pleur et du sang perlant de ses mains.
Maéva s’effondra, embrassa Charles pour la première et dernière fois, il était mort par sa faute elle lui devait bien ça et hurla. Une meute d’élèves s’attroupa petit à petit autour d’eux, et l’ambulance vint chercher Charles. Mais Maéva savait que c’était déjà trop tard.
Elle sortie du lycée, passant par les casiers pour déposer ses affaires avant de partir s’aérer dehors.
Elle y découvrit une lettre, qu’elle prit avec elle avant de partir.

« Mon amour
Je t’ai vu avec lui, je sais que tu l’aimes et qu’il t’aime. Je sais aussi que je ne peux pas vivre sans toi. Surtout ne sois pas triste, au fond on ne se connaissait pas tellement et Pierrick est beaucoup mieux que moi. Ce n’est pas de ta faute, les sentiments on ne les contrôle pas, je le sais que trop bien. C’est fini pour moi et ça commence pour toi. Profites mon ange, profite de cette vie et essaye d’aimer autant que je t’ai aimé, je sais que Pierrick te le rendra bien.
« Le ciel ne sera plus jamais aussi noir qu’il n’est aujourd’hui. Comme une soleil ensorcelé tes yeux se perdent dans mes nuits. On était pas du même monde mais qu’est ce que ça fait a présent, puisque les anges et les colombes se sont enfuient avec le vent »
Je t’aime Maéva, à en mourir. Prend bien soin de toi vu que je ne pourrais pas le faire.
Charles »

Des lèvres ensanglantées avaient déposé un baiser sur le papier. Maéva les embrassa et pleurât longuement.

Elle retrouva Pierrick à la sortie des cours qui fût bouleversé de la voir dans cet état.
Ils passèrent la soirée chez lui, devant la télé, Maéva pleurait toutes les 5 minutes, et ils se couchèrent dans le lit de Pierrick ou il s’endormirent serrés l’un contre l’autre.

38 commentaires

  1. Anonyme

    c’est miiiiiiiiiiiiievre, mal écrit (ben voui, pour écrire qqch faut connaitre les regles élémentaires de l’orthographe, la conjugaison etc etc..)…..c

  2. the_bo_gosse7813

    … Bonne nuit les petits… -_-

    => Tu peux faire bien mieux je suis sûre, autant sur la syntaxe que le sujet de l’histoire… bonne chance !

  3. richard

    j’allais le dire ce matin ( mais j’avais pas assez de temps ^^ ) j’ai imprimé ton texte pour le lire tranquillement mais je le trouve mal écris , beaucoup trop de fautes en tout genre a mon goût tu devrais changer quelque phrases , raccourcir ce texte , et changer quelque formation gramatical … Enfin je ne suis pas une spécialiste ! ^^

  4. LISINEGIRL

    je l’ai lu jusqu’au bout, pas mal.
    Sauf que ton texte commence au présent et fini au passé et ca le fait pa. L’histoire est un peu lourde on se doute tro de la fin

  5. Anonyme

    Donc j’ai tout lu, deja fla a raison, ensuite la fin est un peu baclé, je m’attendais a mieux, enfin bref sinon c’est une très belle histoire 10

  6. Anonyme

    moi j’aime bien !! c’est sur que ce n’est pas parfait, nombreuses sont les fautes de syntaxe mais t’as un ptit truc qui fait que c’est touchant !! continue …

  7. mimimouv

    franchement jtrouve vous abuzé, dja si vous aV mêm pa le temps de lire trois lignes c’est sur on est pas arrivé, un peu long tsé daccor vou lizé koi d articles de magasine ?
    J’suis désolée pour vous que vous ayez pris ca comme ca, d’ailleurs celui (cel je c pu) qui pretend savoir la fin ben bravo t doué et franchement o lieu de vous la jouer et de critiquer vous pourriez m’eclairer sur ce qui va pa…et si rien ne va tant pis, de toutes manières ce texte était pour moi parce que j’avais besoin de l’écrire, si il vous plait pas ben tant pis.
    Pïs arretez aV vos syntaxe, vos grammaire et tout là franchement c’était pas le but de listoire, si yavait que ca a remarqué…(et oui chui suceptible en +…)

  8. fanchon

    Bon dézo jme suis énervée pour rien, c’est juste qu’il fallait vivre la dimension intense du truc lol !
    C’est la première fois que j’écris, je laisse tomB ! Merci pour lé com sympathique que j’ai eu de certains !

  9. Anonyme

    dsl,je pensais pa te vexé. Tu nous demandes ce qu’on en pense donc on le dit, bon y en a qui lache des comms alors qui l’ont pa lu ca je trouve nuls mais bon…
    Pui dsl mai la fin je m’en suis douté p-e pa les autres mais bon
    Excuses nous

  10. 444girl_jeune444

    quand tu écris un texte, tu respectes les règles élémentaires de l’écriture et de l’expression, c’est aussi simple que ça, ça va de soi…alors viens pas te plaindre si on te parle de syntaxe…t’as écrit ce texte pour toi, tu vas dire! Et ben alors pourquoi tu le mets là? c’était bien pour toi non? si tu décides de le publier, faut t’attendre à recevoir des critiques pas forcément positives. Ensuite, effectivement c’est pas dur de trouver la fin….à la moitié du texte, je la connaissais déjà…parce que c’est prévisible. Parce que c’est du déjà vu. Parce que c’est mièvre. Parce que ça sent bon l’adolescent en pleine fleur de l’âge omnubilé par les thèmes de l’amour et du suicide sentimental….Tu veux savoir ce qui va pas? TOUT, de la rédaction et de l’expression jusqu’à l’histoire en elle-même.
    Arf, faudra pas t’emporter parce que j’ai répondu à tes questions hein?

  11. Leopold Bloom

    Mouai écoute je c pa koi te rep a toi…dja jV pa tro écrir o K ou ca srè tro lon…grav jvoulais avoir votre avis, j’l’ai mal pris normal, jmen suis excusée. Si ca te soulage d’incendier les gens et que ca yè tu t’prend pour ché pa ki, en + t connu attention ta mêm d admirateurs…franchement g publié pour avoir votre avis et pas pour m’en prendre plein la gueule. Après voilà j’pretend pas être douée, et j’allais pas te dire merci de mavoir di que j’étais une grosse merde. Mais attention hein tu la pa di kom ca, qq1 kom toi peut faire ca plus subtilement hein…pis mièvre j’sais mêm pas ske ca veu dire alors…j’ai écris comme ca me venait, si la syntaxe et tout ca ca va pa ben voilà, mais j’estime que j’ai le droit d’écrire même si je respecte pas forcement TES regles d’écritures. C’est vrai que a ce niveau y’a des trucs qui clochent, mais voilà j’était passée a travers…
    « incendier par qui? je voudrais bien voir ca… »
    et après tu ose dire « Parce que ça sent bon l’adolescent  » regarde toi…moi chu lplu for ahah en + chui connu sur le site qui c’est qui me défi jlui arrache la gueule…et tout ca aV des bo mots…alé va…

  12. broken__heart

    oooh t’es jalouse parce que je sais m’exprimer correctement et pas toi? Ma pauvre…Non, ca ne me soulage pas d’incendier les gens comme tu dis (l’incendiaire ici c’est toi, j’en ai pour preuve le post de SolidSnake). J’ai pas dit que TU étais une grosse merde, je t’ai dit que ton texte était nul! T’es pas contente? C’est toi qui dis que tu veux notre avis non? Alors ne viens pas te plaindre parce que tu trouves des avis CORRECTEMENT RÉDIGÉS et ARGUMENTÉS (eux!) que tu ne supportes pas ! Ton texte est nul, l’histoire est nulle, je vais pas faire l’hypocrite et te dire  » woaaaa ca tue tout ton histoire, et c’est trop trop bien écrit ». Tu comprends? Maintenant si tu veux pas ce genre de commentaires, tu viens pas poster ton article ici. J’ai juste fait une critique constructive de ton texte, celle-ci étant faite pour t’aider à mieux rédiger et être mieux inspirée à l’avenir. Maintenant libre à toi de l’ignorer, de ne pas chercher à progresser et de t’enfermer dans ta médiocrité infantile; moi on me demande un avis et je le donne, sans mettre de gants. Je te demande pas d’appliquer MES règles d’écriture, mais celles que TOUT auteur d’un texte se doit d’appliquer ( et oui, si j’ai parlé de « règles élémentaires », c’est pas pour rien…..médite là dessus). T’étais passée à travers les trucs qui clochent? Voilà pourquoi on a inventé le principe de RELECTURE du texte. Tu connais pas le sens du mot « mièvre »? On t’a pas appris à te servir d’un dictionnaire? Si? Alors fais leur au lieu de venir te lamenter ici, tu verras, c’est plein de choses qui s’avéreront bonnes pour toi (tu peux en effet y trouver l’orthographe CORRECTE des mots, c’est déjà pas mal, non?). Avant de me dire de me regarder, tu devrais appliquer cette phrase à toi même, car moi, mon introspection, je l’ai déjà faite depuis longtemps. Et le fait que je sois connu sur ce site, ca change rien à l’affaire: j’aurais écrit le même réquisitoire sur un site où je serais nouveau. Des admirateurs dis tu? Où ca? Moi je vois surtout des gens qui corroborent mes dires….mais si vraiment j’ai des admirateurs comme tu le prétends, tu crois pas qu’il y a une raison? Parce que c’est pas en étant « méchants avec les autres » que je pourrais m’en faire…Je t’assure, ici, tout le monde a été GENTIL avec toi, moi y compris. C’est toi qui semble ne pas comprendre que je parle de ton TEXTE et non pas de TOI.

  13. Anonyme

    Franchement j’ai pas envie de me prendre la tête pour ce que tu peux penser de mon texte après tout. Je sais écrire, quoi que tu penses, que mon histoire te plaise pas ca je comprend parce que voilà c’est sur c’est du déjà vu, mais bon ca y’a des tas de textes qui parlent de la même chose et qui ne sont pas forcement nuls…bon pour le coup le mien est nul, ok. Mais tu vois au fond, ton vocabulaire, ta conjugaison et tout ca c’est pas le principal! Bon pour écrire un texte c’est un minimum j’avoue, mais mon texte je l’ai seulement revé.
    Je te demande pas d’être hypocrite, juste de ne pas blesser les gens avec tes propos. Je crois pas être une chieuse, j’suis suceptible ca c’est sur, et en fait voilà j’avais déja publié mon texte sur un autre site avec plein de bon commentaires, et finalement j’l’avais publié là pour que la critique sois un peu plus…enfin pour voir si ca passait ou non. Tes beaux mots je m’en fou, j’ai pas besoin d’aller chercher dans le dico du vocabulaire qui me fera comprendre le fond de ta pensée que je connais déjà avec le reste de ton commentaire.
    Je vois vraiment pas de quoi je pourrais être jalouse, mais peut être tu pourrais me montrer ce que tu sais faire en la matière, que je prenne exemple ?
    Merci pour tes conseils précieux qui me vont droit au coeur. Mes salutations distinguées et tout et tout.

  14. lilila

    Ce que je sais faire? mmmh attends……faudrait que je retrouve le texte qui m’a valu de finir vingtieme au Prix de la Nouvelle il y a quelques années…ou mieux, je peux en réécrire un…Bon, ce que tu ne sembles pas comprendre, c’est que je ne te juge pas toi, et rassure toi, je n’ai rien contre toi, pas plus en tout cas que contre les autres. C’est ton texte que je commente, rien de plus. Le dico, c’était un conseil, libre à toi de l’appliquer. Les autres critiques aussi sont des conseils pour t’aider justement à t’améliorer dans ton écriture, à faire mieux puisque compte tenu de ton dernier commentaire, tu en es capable (contrairement à d’autres ici). Et tu vois, mes critiques ont déjà eu un aspect positif sur ta façon de rédiger, vu la différence entre tes deux derniers posts. Je pense vraiment que tu peux mieux faire, mais seulement avec des critiques qui te feront avancer, même si je comprends bien que certaines puissent être dures à avaler…Tu dis toi même que tu as écrit ici pour avoir une « critique plus…. » …tu l’as eue, elle est peut être dure, mais tu l’as eue. Maintenant j’attends impatiemment un prochain texte de ta part, que je critiquerai encore mais dans lequel tu auras tenu compte de ce que j’ai dit (et j’espère vraiment que tu en écriras un, ce n’est pas hypocrite, je te le répète: à mon avis tu peux mieux faire et j’aimerai voir ce que ca donne). Salutations et s’il te plaît, cesse de croire que je m’acharne sur TOI, ces critiques sont là pour ton bien : sans critique, on ne peut pas avancer.

  15. juliendu63

    Et bien !
    Non mais fla a raison, ce n’est aps que je tienne avec lui mais j’ai vécu ses critiques, pas de la meme maniere, c’est vrai, mais tu sais si quelqu’un te critique c’est pour t’aider a progresser comme l’a dit fla ! Je suis pratiquement sur que si tu refais un article la prochaine fois, tu feras attention a ce qu’il a dit et tu verras … Donc voila je vais arreter sinon je vais me faire incendier MOI :p :p
    Sur ce bonne journée a vous.

  16. jennyfer

    jespere que tu vas continué a ecrire car jadore bizouxxxxxx et bonne chance et si vous aimmé pas cassé vous car sé que vous savait pas lire entre lé ligne

  17. Anonyme

    j’ai deja vu ce texte quelque part… mais c’est possible que ce soit toi qui l’ai mit autre part aussi! bisous! chouette texte! vmt.. :) j’ai bien aimé

  18. enrondeurs

    bien joué !! moi qui n’aime pas lire , j’ai trouvée ton histoire superbe et pui comme je suis au lycée je me suis un peu mise dans le role de maeva c vrai que si tu veux en faire ton metier tu dois connaitre kk petits trucs mais a 16 ans c super de fr ca quoi que les autre te disent !!!il y’a juste un pti truc de negatif c que on a tendance a semmeler les pinceau entre pierrick et charles ;) moi j’aurai peut etre eu l’inspiration mais pas la courage , n’écoute pas les mauvaises critiques ( a part celle qui serviront a perfectionner ton écriture) et bravo encore ! bisou ps: c’est vrai que je suis super senssible mais j’allais presk pleurer a la fin ^^ continu a écrir !!

  19. crazytotoche

    Mwa j’ai pas vu les fautes car je lits pas les mots comme certain je li l’histoire a par sa bvo sa m’érite un 10. Je trouve rien a y reprocher.

  20. Anonyme

    tu vois, lorsque quelqu’un écrit un texte c’Est une partie de lui-meme et une partie de son ame qu’il montre au gens… Le Fléau, je ne crois pas que tu sois professeur ou un truc dans le genre, donc fait pas chier!!! elle a écrit se texte pour dire un message ou peu importe… Si tu crois que c’est si facile envois nous ton si beau texte ou invente en un! et la on jugera si oui ou non ta le droit de juger son écrit!!!

    Bravo froguiz vraiment tres beau comme texte continue…et laisse les gens comme le fléau parler tout seul, ils ne méritent pas ton attention!

  21. RABABOUD

    nini_pou > Malheureusement, tu crois mal … Puisqu’il est étudiant en lettre et futur enseignant … Et si je dis la même chose, moi qui suis prof, tu vas plus m’écouter … Raisonnement à la con, ça …

  22. jöjÖ_pOnG

    pourquoi il pourrait se penser supérieur au autres? qu’il nous montre un texte et on jugera de ses capacités! d’ici là je me laisse libre de penser se que je veux(et de faire plein de fautes!)

  23. lucie83

    Va apprendre à lire … où t’as vu qu’il se croyais superieur aux autres … Tu lis vraiment ce que t’as envie, hein …

    D’ailleurs, ton raisonnement est moisie. Donc, si je vais acheter un baguette dégueulasse chez mon boulanger, j’ai pas le droit de dire : j’aime pas votre baguette, elle est trop sallée/trop cuite/etc. parceque je sais pas fgaire de baguette ? C »est pas un peu con non ?

  24. Anonyme

    ta pas tout faux… mais ton boulanger pourrait très bien te dire que si ta baguette est trop slée, c’est parce que la recette est faite ainsi, ou que si elle est trop cuite c’est parce qu’elle doit etre tres bien cuite… Ce que je veux dire c’est que je ne juge jamais l’écriture des autres parce que je n’est pas les compétence, je n’est jamais étudier la dedans donc je ne peut pas juger personne…c’est sa que je veux dire… Et je sais qu’une fois encore tu n’approuvera pas mon point de vue, c’est pourquoi je vas arreter de répondre sur ce forum…

  25. chups64

    Tu ne critiques pas parce que tu n’as pas les compétences… mais qui te dit que je ne les ai pas moi? C’est pas toi qui te tape 5heures de littérature par semaine hein… c’est pas toi qui fais des études en lettres… Crois moi, si j’interviens, c’est pas pour m’amuser à faire chier…c’est pour que, dans le futur, elle puisse améliorer son texte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>