Interview d’Alex Gardner

Interview d’Alex Gardner

A l’âge vous d’autres passent le bac, Alex Gardner lui, assure les premières parties de Paolo Nutini en Ecosse, partage l’affiche avec Mika et donne des dizaines de concerts solo. On pourrait croire qu’il s’en vante : pas du tout ! Guitare greffée à ses mains, il joue avec l’émotion naturelle qui émane de sa voix chaude. On le compare à un jeune Richard Ashcroft avec raison, mais Alex Gardner ne ressemble qu’à lui-même et joue de cette manie qu’on parfois les journalistes de vouloir à tous prix confronter les talents : « on me compare à des gens dont je n’ai jamais entendu parler, alors quand on me dit leur nom, je hoche la tête, mais si ce sont des artistes à succès, ça doit être une bonne chose, non ? ».

Il cultive le second degré avec une maturité déconcertante et chante, à la fois, des sujets légers, propres à la post-adolescence. Ses morceaux couvrent toute l’étendue de la gamme musicale, de la chanson d’amour au tube fait pour les night-clubs : « Chaque chanson possède son propre message, raconte sa propre histoire, précise-t-il. Mais elles sont toutes liées. »


On aime ses ballades saisissantes, ses tubes pop hyper dansants et son côté boyfriend idéal. Voilà pourquoi nous l’avons interviewé !

Comment te présenterai tu au public français ?
Je suis un chanteur, compositeur, et je l’ai toujours été. Ma musique est un mélange de pop soul et électro, avec une touche rétro.

Ton nouveau single « I’m Not mad » est comme un teaser de ton album…
« I’m Not mad » est un titre que j’ai commencé à écrire quand j’avais 13 ans. Quand j’ai commencé à travailler avec Xenomania, je l’ai ressorti. Il s’agit de la réflexion que vous avez lorsque vous voulez prendre soin de quelqu’un qui est avec quelqu’un d’autre. Je vois « I’m Not mad »  comme un teaser de mon album effectivement. Toutes mes chansons sont une histoire, et je laisse les gens interpréter ensuite.

D’où tires-tu ton inspiration ?
De partout ! Que ce soit de la musique, des films que je regarde ou des gens eux-mêmes. Souvent, je ne peux contrôler mon inspiration.

Beaucoup de tes morceaux ont deux versions : acoustique, puis enregistrée avec des musiciens et des arrangements. Est-ce ta solution pour lutter contre le téléchargement illégal ?
J’adore les versions acoustiques. C’est d’ailleurs vers elles que je me dirigeai quand je jouais en live. Toutes mes chansons ont été à l’origine jouées sur une guitare, et j’aime l’intimité que ça engendre.

Ton plus grand moment artistique jusqu’à présent ?
Il y a plusieurs mois, j’ai partagé la scène avec Whitney Houston. C’était un grand moment pour moi !

Tu es aujourd’hui en France, que peux-tu nous dire en français?
« J’habite à Edimbourg en Ecosse ». C’est tout ce que je connais!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>