Interview de Brigitte Fontaine

Brigitte Fontaine attend dans un restaurant parisien. Elle fume, à l’abri des rayons. Une cigarette. Puis une autre. Valse enfumée comme éternelle. Son plaisir. Sa liberté.
Elle impose d’abord le silence. Regard qui scrute le fond de l’âme. Femme aérienne dans une société manipulée par la peur et l’interdiction.
Elle est là pour raconter « Prohibition », son nouvel album. Prohibition, un mot comme figé dans le temps, projetant des images sépia de bars clandestins et d’alcool frelaté. De chapeaux souples et de gangsters dirigeant le monde depuis Chicago.
Pourtant, ici, la nostalgie n’a pas son mot à dire. Brigitte Fontaine chante l’aujourd’hui, un présent qui s’écrit à coups de lois qui castrent, qui réduisent. Ce disque, aux tonalités autant rock que subliminales, honore la poésie, « cette fascination pour le charme violent des choses » et la lutte. Un disque indépendant, fier, fait de rage et de sourires en coin, d’ondulations lascives et de chair jamais résignée. De mots surtout. Tous imaginés par Brigitte Fontaine. Des mots qui frappent, qui font naître les rires, des désirs de barricades, les larmes parfois aussi. Des mots toujours au centre, qui alternent rugissements salvateurs et émotions intimes, visions vertigineuses et légèreté d’un quotidien transfiguré.

Ce disque, plus viscéral, plus animal, plus rock que ses derniers enregistrements, Brigitte Fontaine le décrit ainsi : « C’est la prohibition, la rébellion, la révolte et parfois des sentiments émouvants… J’ai ressorti mes griffes. La politique, ça peut aller avec l’art et la poésie. Anar ? Oui, bien sûr. Oui, il y a probablement cette volonté-là dans mon album…J’ignore un peu mes volontés. Je ne connais pas très bien mes intentions. Ca vient comme ça. Je laisse sortir. Et après, je guide d’une main ferme et sûre… ». Elle sourit, avant d’ajouter : « C’est à la fois assez sensuel, presque charnel par moments, ludique et en même temps assez impeccable je crois. Impeccable dans l’ensemble. Le son, la prise de son… Tout. Je crois que tout cela, c’est riche. Mais ne venez pas me parler de chansons expérimentales, je refuse ce mot, il ne signifie rien pour moi. »


N’importe quel individu encore capable de vivre plutôt que de survivre y trouvera son compte. Qu’elle chante les sans-papiers, la cigarette diabolisée, la magie et la mystique des Soufis, le suicide au gaz, l’amour ou l’horreur de l’enfermement, Brigitte Fontaine accueille, de sa voix unique d’enfant éternel, toutes les âmes. Plus hardcore, plus courageuse, plus habitée, plus joueuse que pas mal de ses contemporains créateurs, celle qui ose, avec hardiesse et bonheur, faire rimer « Libellule » et « encule », sans jamais flirter avec la vulgarité (« Je suis grossière mais pas vulgaire. Je n’ai pas de penchant pour la vulgarité. Ciel ! C’est un alexandrin ») se permet de balancer un disque vivant, carrément anglo-saxon dans sa forme, foutrement hanté par des guitares, des basses et des batteries jamais apprivoisées, toujours sur le fil, des mélodies, enfin, qui préfèrent, aux gimmicks faciles, les évasions qui élèvent.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>