Interview de Jex

Espritjeune : Quels sont vos sentiments suite à un concert dans une salle telle que le Showcase ?
Alix : C’était très très bien et Maxime m’a fait jouir pendant le show !
Raph : Attends Alix, c’est un interview sérieux, esprit jeune !
Alix : OK OK … alors je reprends. C’était vraiment bien, très énergique et le batteur de session que nous avons eu a réellement géré !
Maxime : J’étais bien content, j’ai reçu deux soutiens-gorge, chose qui m’a touchée dans mon estime, au plus profond.Ils sont arrivés sur MON pied de micro ! Mais j’étais vraiment content, très bon concert et merci au batteur de session !
Raph : Excellent, c’est la première salle où on a une vraie loge, où l’on est payés, où on a 2h de balance, donc nous avons de vraies bonnes conditions pour montrer ce que l’on vaut en live. Ca change des petites scènes. Et je remercie mon frère, le batteur de session !

Espritjeune : C’est comment de jouer à Paris ? La province ne vous tente t–elle pas ?
Alix : Moi je viens déjà de province (Grenoble), donc elle ne me tente plus j’ai envie de dire. Mais j’ai quand même envie de jouer à Grenoble.
Maxime : Jouer en province ? Oui, le public est un peu plus chaud, même si les conditions sont souvent moins bonnes, c’est sympa !
Raph : Pur produit parisien, je ne connais pas la province. Donc moi ça me tenterai d’aller voir un peu ce que ça vaut.

Espritjeune : Une question bête mais nécessaire, pourquoi « JEX » ?
Raph : Pourquoi nous nous appelons JEX ? On va laisser répondre Max…
Maxime : Donc, c’est Raphaël qui parle (rires). C’est … juste mystérieux. En fait c’était le nom d’un sans abri qui habitait près de chez moi qui était super sympa. Et c’est vrai en plus ! Bon allez, c’est le nom de mon chien JEX ! ;)

Espritjeune : Combien de line-up le groupe a-t-il connu ? Le batteur semble ne pas être le même qu’il y a peu de temps !
Maxime : Le groupe a connu environ 3 line-up. Deux à la Rochelle (car ça fait à peu près un an que JEX existe) et un à Paris. Actuellement nous cherchons un nouveau batteur car l’ancien est parti il y a peu et le batteur de ce soir est le frère de Raph, batteur de session donc.

Espritjeune : Comment se passe l’écriture de vos chansons ? Vous savez tout de suite si une chanson est bonne ou nulle ?
Maxime : En gros l’écriture d’une chanson, c’est une mélodie que j’ai dans la tête, je l’écris, je cherche les arrangements, ensuite je montre ça aux autres et eux trouvent leurs arrangements par-dessus et voilà une chanson ! Et c’est moi qui écris les paroles, quand j’y arrive.
Raph : Moi j’ai un truc pour savoir si une chanson est bonne ou non. En général, Max m’envoie les chansons par Internet. Quand c’est très bien en général je ne suis pas content. Plus les chansons sont bonnes et plus au début je dis que c’est de la merde. Je suis donc rarement des nouvelles compos au début puis au final je m’acclimate et j’adore après !
Maxime : Pour conclure, quand Raph trouve une chanson mauvaise c’est qu’elle est bonne ! LE test !
Raph : Si je dis « ouais c’est cool, c’est pas mal », Hey bien HOP poubelle !

Espritjeune : Vos textes s’inspirent ils de votre vie quotidienne ? De vos expériences personnelles ?
Maxime : Oui, mes textes surtout inspirés de mes expériences personnelles et un tout petit peu de ma vie quotidienne.
Raph : La chanson « Hollywood » il avait mangé un chewing-gum !
Maxime : Par exemple « Agatha » c’est une expérience personnelle, une fille que j’ai connue.
Raph : Un truc très intéressant avec cette chanson, « Agatha », c’est qu’elle est joyeuse mélodiquement, entraînante, alors que le texte au contraire est négatif, sombre. C’est donc surprenant d’observer l’antagonisme entre le texte et la musique.

Espritjeune : L’ambiance entre vous ? Les répétitions ? Les avants concerts ?
Alix : Tout d’abord pour les répétitions je dois apporter mon clavier, donc attendre Max, et Max est très en retard souvent ! Oui, c’est pas le type le plus à l’heure du monde… Et les repets’ se passent plutôt bien. Pour l’ambiance, Max était dans ma classe donc on a pu se connaître comme ça, Raph je l’ai connu avec les repets’.
Raph : Oui et puis on a tous des caractères différents. Alix par exemple, lui, il est toujours gentil, de bonne humeur, Max il dit « foutez moi la paix ! » et moi … « allez vous faire f * * * * * ! ». Donc nous sommes différents mais c’est trop cool ! Et au niveau du batteur, et bien pour l’instant le siège est un peu vide…
Maxime : Niveau ambiance, j’avoue que comme au départ on était différents c’était un peu dur, et ensuite on a vite appris à se connaître et donc ça le fait !
Raph : Avouons que le PACS permet beaucoup d’avantages !

Espritjeune : Des musiciens de prédilection ? Des Héros du rock ?
Raph : Je pense que quand même les ROLLING STONES restent quand même ma référence. Le jeu de guitare de Keith Richards et le charisme de Mike Jagger restent un bon condensé. Et Charlie Watts qui reste quand même un sacré batteur ! Mais la batterie on s’en fou je ne joue pas de la batterie ! Au suivant !
Maxime : Moi personnellement, les STONES pareil, LED ZEPPELIN, THE DOORS, Jim Morrison donc ! Et les Libertines. Je pense que c’est à peu près tout.
Alix : John Lord de DEEP PURPLE qui m’a vraiment marqué, c’est l’organiste, Robert Plant de LED ZEPPELIN qui a une bonne tête. Mais mes influences principales sont très funk et jazzy, comme Ray Charles et tout cela.

Espritjeune : On ne compte plus les groupes qui émergent en ce moment sur la scène rock française, comment vous qualifiez-vous par rapport à tous les autres ? Un moyen de démarcation ?
Raph : Et un groupe de plus ! Non, le clavier je pense surtout. Et le son un peu plus jazz aussi justement, que l’on ne retrouve pas dans beaucoup de groupes. Par exemple LES SHADES ont un clavier mais ça n’a pas le même son jazz et là-dessus nous sommes un peu différents, de plus la voix de Max n’est pas très commune, une voix assez suave, je sais pas, c’est différent !
Maxime : Selon ce que le public m’a dit, ce qui nous différencie un peu c’est surtout nos mélodies. On nous dit que nos compos sont très mélodiques par rapport à la scène ! Puis c’est vrai aussi que notre formation avec un clavier est originale. Et le tee-shirt de Raphaël aussi.
Alix : Ce qui nous différencie aussi c’est que Max et Moi ne venons pas de Paris et je pense qu’au fond, ça change pas mal de choses.
Raph : Un moment il y a eu un truc sur nous et la fille qui écrivait ça, chez DIRRTY GLAM, disait justement que notre groupe se différenciait surtout des groupes qui ont tout eu et rien vécu, et c’est vrai qu’à Paris on voit pas mal de gens qui sont jeunes et qui sont là « j’veux du matos et tout » et qui après voilà, qui ont leurs petites fringues et qui habitent Boulevard St germain (ironie naissante…) , donc ce truc là, personnellement j’avais trouvé ça cool d’en parler et assez pertinent en fait.
Maxime : c’est d’ailleurs ce que j’ai déscrédité dans les paroles d’une chanson c’est surtout tous ces jeunes qui n’ont pas vécu grand-chose et qui disent « ouais la drogue c’est trop tendance, j’veux être une rock star»…

Espritjeune : Un dernier mot ?
Raph : Dégage ! Haha ! Non et bien… MERCI A NOS FANS, non en fait c’est ringard à mort.
Maxime : Merci pour les soutiens-gorge !
Alix : Merci pour les « alix à poil » hurlés dans la salle !
Raph : Merci à Jules de LAVIOLETTE de m’avoir prêté sa guitare sinon je n’aurai pas pu faire le rappel et ça aurait été un peu frustrant ! Voilà voilà !

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>