Interview de l’équipe du film Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec

Interview de l’équipe du film Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec

Louise Bourgoin vit une aventure extraordinaire, à l’instar de l’héroïne créée par Jacques Tardi dont l’ex-miss météo du Grand Journal de Canal + a revêtu le chapeau à plumes. C’est au réalisateur Luc Besson que la jolie blonde doit ce rôle. 

Déjà remarquée dans La fille de Monaco avec Fabrice Luchini, Louise Bourgoin prouve qu’elle est à la hauteur de ses aspirations cinématographiques.
Mais plonger dans Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, c’est s’immerger dans l’année 1912 (celle du Titanic !) à la rencontre d’une jeune journaliste intrépide, et prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Egypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre.

Car le film porte bien son nom, tant les péripéties d’Adèle sont folles ! Il faut dire qu’il y a matière : alors qu’elle est en Egypte, à Paris un œuf de Ptérodactyle vieux de 136 millions d’années a mystérieusement éclos sur une étagère du jardin des plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Mais pas de quoi déstabiliser la jeune femme.
Gilles Lellouche joue le rôle de l’inspecteur Caponi, un personnage simple, pour ne pas dire simplet, tandis que Matthieu Amalric (que vous avez pu découvrir en méchant du dernier James Bond) campe un professeur Dieuleveult convaincant prêt à tout pour éliminer Adèle.

Mais l’univers d’Adèle Blanc-Sec attire d’autres talents des plus variés, puisque c’est Catherine Ringer qui a écrit et interprété la chanson qui clôture le film.
L’idée originelle était excellente autant qu’inédite. Mais à trop vouloir se perdre dans la comédie, le film perd la saveur qu’on les albums de Jacques Tardi, même si ce dernier se réjouit du résultat final – on soupçonne le réalisateur d’hyper-tolérance envers le film, dont la sortie annonce la publication prochaine d’un dixième, et dernier album.

 

Les amoureux de Tardi ne retrouveront pas leur Adèle Blanc-Sec dans l’adaptation guillerette de ses « Aventures extraordinaires » par Besson. Les inconditionnels de la BD sont déçus. Pour les autres, le film est un bon moyen de se plonger dans les neuf tomes déjà écrits.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>