Interview de Soma

Interview de Soma

Pourquoi ne pas ressusciter les formidables pilules «Soma»? Imaginées par Aldous Huxley dès 1932 dans son «Meilleur des mondes», elles étaient destinées à l’immense majorité des travailleurs afin de leur donner l’illusion du bonheur. Tel est le point de départ de l’aventure musicale que connaissent ces quatre garçons dans le vent. Soma fait partie de ces groupes que l’on croirait venus de l’autre côté de la Manche, tellement leur son est énergique, rythmé et frais. Tinté par les influences des Smashing Pumpkins, Lionnel, Seb, Tom B. et Tom F. ne cachent pas leurs affinités avec Oasis, Supergrass, The Divine Comedy, Electric Soft Parade ou Jet. Mais ne vous y méprenez pas, la musique de Soma est originale, racée et enivrante.

Leur premier album « Jewel and the Orchestra », s’écoute de bout en bout sans lourdeurs. Ça sonne rock, donne l’illusion d’une pop indomptable et devient finalement l’objet d’une véritable addiction pour laquelle aucun antidote n’existe, excepté le mauvais goût. A l’image du titre phare « Get down » dont les riffs endiablés font immédiatement penser à ceux des Hives. Mais notre petit chouchou de la tracklist reste « Milk ». Ses guitares tranchantes ont su faire monter notre niveau d’adrénaline à son apogée.

On ne peut que vous conseiller de vous précipiter sur « Jewel and the Orchestra ». Aucune baisse de régime pour ce premier album qui n’a pas les défauts de sa jeunesse.

Soma sera en concert le 25 novembre prochain à La Scène Bastille.

Pour voir ma prise d’otage musicale consentante (plus d’infos sur le hiboo) :

(Cliquez sur l’image ci-dessus)

Interview:

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>