Interview de The Elderberries

Tous originaires de pays différents, les membres de The Elderberries représentent une nouvelle génération, pour qui les frontières géographiques et culturelles ont été considérablement élargies. Repérés en 2004 par les labels Sophiane et Nophono alors qu’ils n’ont que 16 ans, les kids ont alors comme modèles John Bonham, Bon Scott, Roger Glover, Tony Lommi, et  Alex Lifeson. Autant dire qu’ils passent pour des extraterrestres, au moment où les jeunes de leurs âges découvrent Franz Ferdinand.

Déjà hors normes, le groupe pris en charge par le musicien/producteur Denis Clavaizole, évolue très rapidement et avec une facilité déconcertante tant au niveau des compositions, que des prestations scéniques. Leur premier album sort en 2006 et reçoit un accueil unanime de la part des médias spécialisés. « Cet album est énorme » écrit Les Inrockuptibles.

Ils entament alors une tournée de plus de 80 dates en France, et se voient confier la réalisation d’une bande originale de long métrage. Comme pour bousculer les règles, ils choisissent Steve Orchard, producteur et ingénieur du son de groupes aux univers éloignés (Coldplay, Travis, et autre U2) pour mixer le nouvel album, toujours produit par Denis « Big Dee » Clavaizole (Cocoon, Jean-Louis Murat, Alain Bashung…). A écouter d’urgence !

Nos membres ne vous connaissent pas encore très bien. Si vous deviez résumer votre travail, votre album en 3 mots ? Et pourquoi ?
Eclate, énergie, et humour. Eclate car c’est la raison pour laquelle nous avons formé le groupe, et ça tient toujours aujourd’hui. Je pense que si ça ne nous amusait plus on aurait arrêté il y a longtemps. Energie car on se donne toujours à 100%, peu importe la taille ou l’attitude du public. Et humour car on est assez simples dans notre vie, on veut juste s’amuser, rigoler ensemble, et partager ça avec les autres.

Vous avez tous été bercés avec le son de AC/DC, Led Zep, mais aussi celui des Stooges ou encore des Ramones. Influences 100% rock ou puisez vous dans d’autres courants musicaux ? Je pense à The Darkness qui mixe plusieurs influences…
On s’est tous retrouvé dans le son 70′s au début. En écoutant les groupes de la vague rock des années 2000 (Hives, Datsuns, Vines, etc.), on a eu envie de trouver leurs influences. Ce que l’on a trouvé, c’étaient des groupes que l’on connaissait déjà, mais que l’on n’avait pas forcement écouté en boucle. Du coup on a retrouvé un spectre de musique dense et très intéressant, qui nous a vachement influencé et qui continue même aujourd’hui de nous influencer. Mais maintenant qu’on a grandi un peu, chacun part dans sa voie. Moi et Jamie écoutons vachement d’électro. Nous avons d’ailleurs un side project dédié a ce style. Tom est plus Garage ou même soul, Chris écoute toujours vachement de rock 70′s, et Ryan le Hardcore ou la NWOBHM (new wave of british heavy metal des années 80). Apres, on est tous ouvert.
Votre second album « Ignorance and Bliss » est sorti. Toujours un son très 70’s. Pas peur d’être Has-Been ?
Je ne pense pas que le son 70′s est has-been ou le sera. Il y’a une certaine envie et puissance qui arrive à se transmettre a n’importe quel âge. La preuve : la période AC/DC que tout les lycéens vivent. Apres nous on écrit ce qui nous fait plaisir, ce qui est avant tout le plus important pour nous.

Si le premier était clairement estampillé « métal », celui-ci se teinte de pop. Un choix assumé ?
On l’assume bien, même si ce n’était pas une décision consciente. On a voulu évoluer, ne pas faire encore le même album. Donc l’évolution s’est faite naturellement dans cette direction. Ça vient de notre façon de travailler les mélodies de voix, les arrangements et structures des morceaux. A la période ou l’on a écrit cet album, on écoutait plus des groupes modernes comme les Queens of The Stone Age, ou les Foo Fighters, qui marient bien le gros son rock avec des mélodies assez pop. Je pense que cette influence se sent et se traduit par un album plus pop que le précédent.

The Edelberries, c’est « Sex, drug & Rock’n Roll »?
The Edelberries le sont peut-être, mais je ne peux pas être sur. En ce qui concerne The Elderberries, je crois que personne veut retomber dans les stéréotypes de rock stars, c’est à dire les copines mannequins et l’overdose à 25 ans. Mais on adore faire la musique qu’on fait, on aime les filles, et bien sur boire une bonne bière fraiche.

Quel regard portez-vous sur la célébrité ? La BO de Hellphone, votre page wikipédia, des interviews… ?
On sait que tout ça existe, on est bien au courant, mais au final ce n’est pas pour ça qu’on fait ce métier donc on n’y fait pas très gaffe. On a commencé le groupe à 14 ans et je pense que cette innocence va rester avec nous. Pourquoi se prendre la tête avec tout ce qui se passe autour de nous. Certes, on est super content de lire une bonne critique, ou de faire une BO, mais vraiment la seule raison qu’on fait se métier c’est la satisfaction quand on trouve qu’on a jouer un putain de concert, ou qu’on a composé un morceau qui nous donne des frissons.

Vous portez tous la moustache. Parfois le collier, le bouc… Dans « It Doesn’t really matter », les femmes portent également fièrement la moustache. Vous êtes obsédés par le mythe de la « femme à barbe » ?
Non. A Clermont, on traine presque tout les soirs au bar « Le Bikini », où tous les musiciens de la ville se retrouvent pour discuter et boire des canons. C’est un tout petit endroit mais avec une ambiance énorme et très chaleureuse. On a même ouvert l’album avec un morceaux dédié a ce bar. Deux fois par an, on fait la semaine de la moustache, avec la soirée culminante le weekend où la plus belle moustache gagne la coupe. Ça met toujours une ambiance de folie, et on avait envie de faire connaitre cette expérience à notre public. Apres, on cherchait une image que les gens pourrait reconnaitre, et je pense que la belle fille a moustache fait mouche.

Un dernier mot à adresser aux membres d’Espritjeune ?
Si vous pensez venir nous voir en concert, autant acheter l’album, car il y a une place de concert offert dans chaque album. On veut vous voir en force, et en moustache!!!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>