Jean-Jacques Rousseau et l’Ancien Régime

Sous Louis XIV et Louis XV, la noblesse et le clergé (gens d’église) sont privilégiés par rapport au Tiers-état, composé principalement de paysans, d’artisans et d’errants. Ainsi cas derniers doivent-ils payer de lourds impôts : la dîme au clergé, les banalités au seigneur et la gabelle, la taille et les aides au Roi.

Le Roi a tous les pouvoirs : il n’a de compte a rendre à personne et exige une obéissance totale de ses sujets car il est choix de Dieu, nul ne doit contester son autorité, il est le plus important personnage du royaume.

Louis XIV développe l’industrie, enrichit et agrandit le royaume. Mais le Roi Soleil dépense plus que ses recettes et il lègue à son fils, Louis XV, un énorme déficit qu’une pression fiscale encore plus forte ne réussit pas à éliminer.

Le Tiers-état vit donc dans la pauvreté et sous la domination de la noblesse et du clergé.

Ce sont tous ces problèmes que les philosophes contestent et plus particuliérement :

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau est né le 28 juin 1712 à Genève. Son père, Isaac est horloger, violoniste et maître de danse. Sa mère Suzanne meurt en le mettant au monde.
Son père lui apprend la lecture avec des romans jusqu’à qu’il soit contraint de quitter Genève sans pouvoir emmener Jean-Jacques.
Jean Jacques Rousseau a déjà exercé la profession de clerc, ce qui ne lui a pas plu. Il enchaîne donc les menus travaux jusqu’à qu’en 1747 Diderot lui confie la rédaction des articles musicaux de l’Encyclopédie.
En 1761, il écrit Julie ou la nouvelle Héloïse ; en 1762, il rédige Du contrat social et Les Confessions en 1781 et 1788 (publiés posthumes).
Plus tard il est condamné à être arrêté et fuit Paris vers la Suisse mais même là il n’est pas tranquille. Il s’exile sur l’île de St Pierre d’ou il est expulsé. Il erre donc en France ou il meurt devant sa femme Thérèse Levasseur, le 2 juillet 1778 à Ermenonville.
Les idées principales de Rousseau étaient : la démocratie, exprimée dans Les Confessions :
« Si j’avais eu à choisir le lieu de ma naissance, j’aurais choisi un pays où le droit de législation fût commun à tous les citoyens ; car, qui peut mieux savoir qu’eux sous quelles conditions il leur convient de vivre ensemble dans une même société ? J’aurais voulu naître sous un gouvernement démocratique »

La liberté et l’égalité sont également décrite dans le livre Du Contrat Social :
« La volonté, générale peut seule diriger les forces de l’Etat. Le peuple soumis aux lois en doit être l’auteur. La puissance législative appartient au peuple, et ne peut appartenir qu’à lui »
« Le plus grand bien de tous, qui doit être la fin de tout système de législation, on trouvera qu’il se réduit à deux objets principaux, la liberté, parce que toute dépendance particulière est d’autant de force ôtée au corps de l’Etat, l’égalité, parce que la liberté ne peut subsister sans elle […] »

8 commentaires

  1. Anonyme

    je ne me dit pas non plus « cultivée » mais tu ne t’ai contenté que de sa bio… tu aurrais dû ajouter en quoi c’est un personnage incontournable en politique, en quoi il a contribué à l’émancipation de l’individu en tant que tel….
    9a n’était pas une critique, juste un constat! ;-)

  2. Anonyme

    tu aurais pu aussi dire qu’il a rédigé emile ou de l’éducation mais qu’il a abandonné son enfant!!
    ignoble!
    heureusement que sade et voltaire sont la!!!!!

  3. Anonyme

    Oui peut etre ke tu la privilégié par rapport o nom de ton college mé ton article es vrémen incomplet ce n’es pa Rousseau ki a influencé tous les principes de la Révolution ils sont plusieurs et de meme ke ce n’es pas eux ki ont trouvé ces principes ils se sont tous inspirés d’ idées déja existante a l’epoque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>