L’ Humanité serait-elle menacée par des géocroiseurs?

Aux Etats-Unis, en France et ailleurs, des astronomes traquent les petits corps qui surfent dans le système soleil. Car entre les 9 planètes qui tournent avec courtoisie autour du Soleil, c’est plutôt la pagaille.
Des millions d’astéroïdes ronronnent entre les orbites de Mars et Jupiter, et des centaines de millions de comètes ce développent au delà de l’orbite de la lointaine Pluton. Mais rien n’est sujet à changer dans l’apparente sérénité céleste.
Excités par l’influence gravitationnelle de l’énorme Jupiter, certains astéroïdes sont jetés sur des routes qui les mènent vers des planètes intérieures: Mars, Terre, Vénus ou Mercures. Tout comme certaines comètes qui dansent un tango compliqué orchestré par l’attraction de soleil et des planètes. Du coup, des millions de petits corps s’approchent de la Terre: on les appelle les géocroiseur. Et qu’ aucun n’aient la mauvaise idée de visiter notre planète.
Regardez simplement les surfaces des planètes solides et de leurs satellites: elles sont couvertes par 4,6 milliards d’années d’impacts célestes. A la surface de notre Terre, le Meteor Crater de 1,2 km de diamètre, creusé il y a
50 000 ans dans le désert d’Arizona, rappelle que les géocroiseurs ne sont pas une légende. Le 30 novembre 1997, l’astéroïde Toutatis, long de 6 km, est passé à 5,3 millions de kilomètre de la Terre, l’ épaisseur d’un cheveu à l’échelle cosmique…

LA MENACES DES COMETES ET DES ASTEROÏDES

Il y a 65 millions d’années, quand un objet de 6 à 14 km a percuté l’actuel golfe du Mexique, creusant un cratère de 180 km de large. Alors que la matière en fusion profetée par l’impacte incendiait les continents, un séisme et un raz de marée d’une violence inouïe se déchaînaient. Les incendies rejetèrent de telles quantités de poussières que l’atmosphère s’obscurcit pendant des années. Résultat: la lumière et la chaleur du Soleil n’atteignant plus le sol, la température chuta partout de 10 à 20 degrés, alors que s’abattaient des pluies toxiques. Un tel cataclysme global peut-il se reproduire à nouveau?
Pour en avoir le cœur net, un groupe international de scientifiques a décidé, en 1992, de lancer un vaste programme d’ évaluation des risques représenté par les comètes et les astéroïdes  » afin de mettre des chiffres sur la menace des géocroiseurs ». Dans quel but?  » Avant tout pour parer aux dérapages médiatiques sur les risques réels que nous courons. Ensuite, si un objet s’avère menaçant, on pourrait avoir le temps de réfléchir aux méthodes permettant d’éviter la collision. Enfin, c’est l’occasion d’étudier ces petits corps qui sont mal connus. »

UNE COLLISION IMPORTANTE TOUS LES CINT A MILLE ANS
Plus grave, la rencontre d’un géocroiseur de 10 à 100 m de diamètre peut avoir des conséquences locales importantes, même si toute la Terre n’est pas menacé. Ainsi, en 1908, un bolide céleste de 30 m de diamètre a explosé au-dessus de la Toungouska, en Sibérie, son onde de choc brûlant et couchant les arbres sur une surface inhabitée grande comme la région parisienne. Un même impact pourrait ravager une ville ou causer un raz de marée meurtrier au -dessus d’un océan… Or, une collision de cette ampleur se produit en moyenne tous les cent à mille ans!  » Les programmes d’observation pourraient également détecter les géocroiseurs de cette taille. Il serait alors possible de lancer l’alerte et d’évacuer la région menacée, comme on le fait aujourd’ huit pour les cyclones ».
Mais que fera-t-on si l’on découvre qu’un géocroiseur doit s’abattre sur la Terre? Cette question excite tout particulièrement les militaires désœuvrés avec la fin de la rivalité Etats-Unis / URSS. Ce n’est pas un hasard si l’US Air Force fait fonctionner 3 des 4 télescopes américains qui traquent les géocroiseurs.  » Le programme Spaceguard reçoit un appui important des milieux militaire ». Mais il faut rester vigilant afin que la menace des géocroiseurs ne serve pas d’alibi au développement de mini-armes nucléaires portées par des satellites, comme le prévoyait le programme de « guerre des étoiles » imaginé dans les années 1980″, et repris depuis, sous une autre forme.
De plus, détruire un géocroiseur menaçant n’est pas vraiment la meilleure solution: mille impacts de débris d’un tonne sont plus destructeurs que l’impact d’un géocroiseur de 1 000 tonnes… La solution technique, si le besoin s’en fait un jour sentir, serait plutôt de dévier la trajectoire de l’effronté assez longtemps avant la rencontre fatale avec la Terre. De quoi nous offrir un sursis…
Pour ce faire la première solution: envoyer une bombe atomique sur une sonde spatiale et la faire exploser à bonne distance de l’objet. Du côté de la bombe, la surface vaporisée par la chaleur de l’explosion serait éjectée, déplaçant le géocroiseur dans l’autre sens, selon le principe de réaction. Mais il y a un risque énorme, si la fusée qui emporte la bombe explose au décollage…
On pourrait plutôt faire atterrir sur le géocroiseur une sonde équipée d’un système de propulsion. Un moteur de fusée, par exemple, avec quelques tonnes de carburant pour donner en une poignée de minutes la poussée qui dévierait la trajectoire du géocroiseur. En étalant la poussée sur plus longtemps, un petit moteur ionique ou à plasma suffirait, sous réserve d’être alimenté par un modeste générateur électrique, à panneaux solaires par exemple, comme sur les satellites. Enfin, la plus poétique des solution serait de déployer une immense voile qui serait poussée par le vent solaire. Reste à l’attacher au géocroiseur à dévier!

7 commentaires

  1. Anonyme

    bon je vais commenter ton article, somme toute interessante, mais avec qqs points ou l’on peut emettre des reserves…

    « Avec cela, ils sont capable de nous exterminer comme ils l’ont fait avec les dinossaures.  »
    ==> alors toi t’es trop forte, t’as reussi a trouver la raison de la disparition des dinosaures alors que les scientifiques du monde entier ne la connaissent pas encore apres 100 ANS de recherche !! Balaise !! Franchement la je m’incline….

     » Regardez simplement les surfaces des planètes solides et de leurs satellites: elles sont couvertes par 4,6 milliards d’années d’impacts célestes. »
    ==> ce n’est pas un bon exemple, il est meme carrément a coté de la plaque….ces planetes la ne sont pas des planetes telluriques, et elles ne possedent pas d’atmosphere….alors forcement, c’est completement different

    « Le 30 novembre 1997, l’astéroïde Toutatis, long de 6 km, est passé à 5,3 millions de kilomètre de la Terre, l’ épaisseur d’un cheveu à l’échelle cosmique… »
    ==> ah? l’univers a des cheveux? (petite connerie en passant)

     » Plus grave, la rencontre d’un géocroiseur de 10 à 100 m de diamètre peut avoir des conséquences locales importantes »
    ==> ben en fait, s’il fait 10 m de diametre, avec un peu de chance, il fera mal a une mouette qui passait par la…..puisqu’il sera detruit par l’atmosphere (pas assez gros).

    « Ainsi, en 1908, un bolide céleste de 30 m de diamètre a explosé au-dessus de la Toungouska, en Sibérie, son onde de choc brûlant et couchant les arbres sur une surface inhabitée grande comme la région parisienne. Un même impact pourrait ravager une ville ou causer un raz de marée meurtrier au -dessus d’un océan.. »
    ==> encore un tres mauvais exemple, puisque chaque geocroiseur a une structure et une composition differente….dans ce cas la, il a explosé, mais rien ne dit que le prochain, d’une composition differente, va faire la meme chose (s’il est en calcaire par exemple, ben ca va pas faire tout ca….)

    « Mais il faut rester vigilant afin que la menace des géocroiseurs ne serve pas d’alibi au développement de mini-armes nucléaires portées par des satellites, comme le prévoyait le programme de « guerre des étoiles » imaginé dans les années 1980″
    ==> en meme temps, c’etait qu’une excuse, la defense de la Terre….les Russes et Americains voulaient juste foutre des bombes sur satellites pour pouvoir frapper les nations ennemis depuis l’espace….tu as entendu parle de « Guerre Froide » et de « course a l’armement »? L’affaire des missiles de Cuba?

     » De plus, détruire un géocroiseur menaçant n’est pas vraiment la meilleure solution: mille impacts de débris d’un tonne sont plus destructeurs que l’impact d’un géocroiseur de 1 000 tonnes.. »
    ==> ben non, pas d’accord….1000 asteroides d’une tonne brulent plus facilement dans l’atmosphere qu’un de 1000 tonnes

    « envoyer une bombe atomique sur une sonde spatiale et la faire exploser à bonne distance de l’objet. Du côté de la bombe, la surface vaporisée par la chaleur de l’explosion serait éjectée, déplaçant le géocroiseur dans l’autre sens, selon le principe de réaction »
    ==> difficilement realisable sachant que le corps celeste tourne sur lui meme d’une facon totalement aleatoire…donc de la a pouvoir le retourner….

    ==> On pourrait plutôt faire atterrir sur le géocroiseur une sonde équipée d’un système de propulsion. Un moteur de fusée, par exemple, avec quelques tonnes de carburant pour donner en une poignée de minutes la poussée qui dévierait la trajectoire du géocroiseur. En étalant la poussée sur plus longtemps, un petit moteur ionique ou à plasma suffirait, sous réserve d’être alimenté par un modeste générateur électrique, à panneaux solaires par exemple, comme sur les satellites »
    ==> on peut aussi faire decoller une navette avec une equipe qui se posera dessus et qui forera un trou au bon endroit et suffisamment profond pour y deposer une bombe nucleaire….bon, il faudra sacrifier un membre pour la faire exploser manuellement, c’est ca le plus chiant…
    Non, sans blague….tu crois vraiment que c’est realisable? que les techniciens necessaires a une telle operation vont pouvoir aller dans l’espace (on s’improvise pas astronautes)? que c’est facile de se poser sur un asteroide? allons bon….

    voila, c’est a peu pres tout…

  2. Anonyme

    euh il y a une co*ille dans le paté….
    OH petit Fleau ton train etait a 11h34, tu es la bas et tu t’amuses encore a venir ????? mais ???? alors ???? je comprends plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>