Lagerfeld Confidentiel : Karl selon Marconi

On le connaît fantasque, germanique, dandy, intransigeant. Il apparaît alors humain. Avec son accent d’outre Rhin et ses manières un peu folles, Karl Lagerfeld fait parler de lui au-delà du microcosme des défilés.

Pendant trois ans, il a autorisé les caméras de Rodolphe Marconi à percer son mystère. Alors, à quoi ressemble la vie de la figure de proue de la maison Chanel.? Dîners mondains, défilés, promenades solitaires le samedi après midi… Rien de palpitant, et pourtant !
On y découvre l’intimité de Karl… jusqu’à ses yeux, habituellement maqués par des lunettes noires.
Avec poésie et finesse, Lagerfeld Confidentiel dresse un portrait exclusif de Karl. Super 16, Super 8, Camera DVX, Marconi alterne ses supports de tournage en fonction des lieux et des situations. Une invitation aux confidences…

Une parenthèse exclusive

Si Karl écrit ses mémoires depuis des années, il désire les garder secrètes de son vivant. Lagerfeld Confidentiel est donc le fruit d’une confiance mutuelle entre le couturier et le réalisateur : « Mon approche est celle d’un film de fiction au cinéma, c’est-à-dire avec un acteur principal qui a décidé d’ouvrir ses portes, de faire confiance et d’obtenir la même confiance en retour, de se laisser accompagner le temps d’une parenthèse, à un moment où, conscient qu’il n’est pas éternel, il semble prêt à se livrer. Ce film est un échange entre deux personnes qui ont décidé de se choisir, de se  » caster mutuellement « .

Un voyage mélancolique, sobre et élégant qui refuse l’insolence, le voyeurisme et l’irrespect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>