Le Chef-d’oeuvre de Stanley Kubrick : Barry Lyndon

    Un film historique, que l’on aurait pu préjuger ennuyeux, et qui se révèle pourtant envoutant. Des décors majestueux et une musique somptueuse. Des  costumes d’une esthétique rare.  Des acteurs géniaux qui dégagent une émotion. La recherche de la perfection absolue donne à son film une atmosphère transcendante. Ce film est donc unique en son genre. La voix off qui conte l’histoire est captivante. Mais c’est surtout le visuel et le sonore qui participent à rendre ce long-métrage grandiose.

    Le pitch, Au XVIIIe siècle en Irlande, un jeune homme de petite noblesse élimine en duel son rival, un officier britannique amoureux de sa cousine. Il s’exile en s’engageant dans l’armée et combattant sur le continent. Les circonstances l’amènent à déserter et se mettre au service de l’armée prussienne pour échapper à la peine de mort: il doit espionner un noble joueur, mais il mène double-jeu et ce dernier le prend sous sa protection. Il l’introduit dans la brillante société européenne où il parvient à devenir par ambition l’amant puis l’époux d’une riche et belle jeune femme (dont le vieil époux meurt de dépit après avoir eu connaissance de l’adultère).

« Il est certain que les scènes les plus fortes, celles dont vous vous souvenez, ne sont jamais des scènes ou les gens se parlent, ce sont presque toujours des scènes de musique et d’images » Kubrick 1972.

 
    Un beau cadeau pour un Noël cinématographique qui s’annonçait assez pauvre. Ce film est un classique pour tous les amateurs du réalisateur Stanley Kubrick. Un film qui subjugue et fascine durant  trois heures. Du début à la fin, on regarde les yeux écarquillés, la leçon de cinéma de Stanley Kubrick. Une perfection formelle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>