Le début du tunnel

Non, les extases fusionnelles, les envolées lyriques, les ravissements amoureux… ne peuvent durer toujours si ton histoire n’est pas basée sur des sentiments indicibles tellement ils sont intenses.
Il est plus facile de dire: « Il a bien caché son jeu. » « Elle m’a eu en beauté… et au charme. » « Il a su y faire. » Que de reconnaître simplement: « Je l’avais vu trop parfait. » « Je l’avais placé trop haut » « Je rêvais de l’impossible… »
Hier on voulait la fusion éblouie, l’union absolue, totale, inséparable, continuelle.
Aujourd’hui on commence à craindre d’être étouffé par l’autre, absorbée, phagocité. On fuit les empiètements en défendant instinctivement son territoire. On aspire à prendre un peu de large. On réclame de l’air et de la liberté.
Hier on rêvait de communication parfaite.
Aujourd’hui on rencontre le mur de la différence, le mur de l’altérité. On réalise que l’autre est toujours quelque peu absent: absent de corps quand le travail appelle au dehors, absent d’esprit quand les soucis envahissent sa pensée, absent même dans les moments importants de l’amour.
Hier on espérait vivre la joie sans nuages, loin des soucis prosaïques des autres.
Aujourd’hui, on redécouvre qu’il faut vivre comme tout le monde… Le retour à la réalité est brutal…

En période de crise, que faire? Trois alternatives s’offrent à toi:

L’espectative: on joue les prolongations
La déception empêche en effet certains couples de s’engager plus avant. Mais les liens tissés au début de la relation les font hésiter devant une rupture. Il ne reste plus qu’à faire durer la valse-hésitation. Ils restent en « parking », reportant constamment la date de l’engagement, attendant sans trop y croire le miracle qui désembourbera le char de leur amour en panne.

La rupture: on se sépare
Parfois, la déception est telle que l’un des partenaires n’envisage plus de poursuivre la relation. C’est la rupture, souvent douloureuse non seulement pour celui qui se sent abandonné, mais aussi par celui qui abandonne!
Le couple se sépare: chacun essaie de revenir à la case « départ », espérant reprendre contact avec un autre.

Les prolongations durables: on continue malgrè tout
Il y a des couples, par contre, que la phase de déception a rendu réalistes et n’a pas démonté: ils s’acceptent imparfaits et vont essayer de construire leur amour, dynamisés par leurs limites et les difficultés entrevues.

Petite médication pour chagrin d’amour
* croire que l’on peut aimer deux fois, et la deuxième fois plus que la première
* ne pas rester chez soi, mais sortir; brûler photos et souvenirs
* ne pas se dorloter, ni cultiver avec délectation son malheur
* enterrer son rêve: tant qu’on espère, on ne peut se guérir
* travailler, s’occuper l’esprit
* se dire qu’un échec a du sens, il rend mature la personne qui souffre (même si ce n’est pas évident!)
* pleurer au besoin…
* ne pas se venger sur d’autres
* faire un bilan: pourquoi n’ai-je pas su me faire aimer? Par excès de possessivité? Mais ne pas s’approprier tous les défauts du monde non plus! Juste faire son mea-culpa!
* en parler, ça évite la déprime
* trouver sa valeur en soi et non dans l’admiration que nous portait l’autre. Reprendre le pouvoir sur soi qu’on lui avait concédé
* se regarder dans un miroir et se dire que l’on n’est pas si « moche » que ça. Si tu ne te lance pas de fleurs de temps en temps, qui le fera?

Et surtout, ne t’arrête pas à cette histoire, dis-toi que ce n’était tout simplement pas le bon! Si vraiment c’est de l’amour, il n’y aura pas de rupture (je vous l’assure!)
L’amour avec un grand A est rare, j’ai eu la chance de la trouver, c’est l’homme idéal… Si j’ai écrit cet article, c’est pour consoler une amie qui souffre et qui s’entête à aimer un homme qui ne l’aime pas… alors si tu viens de sortir d’une histoire difficile, ta vie ne doit pas s’arrêter nette! Profite de ta vie de célibataire et ne vie pas dans ton passé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>