Le féminisme

Depuis peu, on prend conscience que l’histoire des femmes peut-être décrite séparément de celle des hommes, dans une perspective différente qui ferait des femmes les protagonistes principales. En effet, l’histoire du genre humain est raconté par le genre masculin, et pourtant on fait d’habitude comme si hommes et femmes avaient une histoire commune et comme si l4Homme n’était pas toujours l’histoire officielle rédigée par la groupe dominant. Le féminisme lutte donc contre la conception instrumentale de la femme qui perdure encore à notre siècle malgré l’accès à l’avortement, le droit de vote…; conception qui enferme la femme entre deux caricatures, celle de la femme au foyer docile et réduite aux tâches domestiques et celle de la femme-objet de désir. Restreinte comme vision, non?

Le féminisme sous ses expressions les plus radicales constitue un des courants majeurs de l’histoire des idées politiques de la fin du XXème siècle. Au coeur de ce courant très diversifié se trouvent le refus et la critique de la société « mâle ». Cette expression évoque l’oppression millénaire de l’homme sur la femme qui se trouve exclue du jeu politique, cantonnée aux tâches domestiques, dépossédée du droit à la libre disposition de so corps et de ses désirs. Autrement dit, réduite à une condition de minorité puisque à l’instar des enfants ou des domestiques dans certaines cultures, privée des droits et des prérogatives qui marquent l’âge adulte.

Mais ces idées extrémistes ont évolué. En effet, aujourd’hui, la femme occupe une place majeur dans la société, même si des évênements tendent à contredire cette idée (dans les banlieues à problèmes, les viols…)
Pour une féministe radicale, l’homme est l’ennemi, vision pour moi totalement contradictoire car la femme a besoin de l’homme et vice-versa. Je ne crois pas qu’il y ait encore ce fossé entre hommes et femmes aujourd’hui, juste une différence évidente entre deux êtres qui se complètent pas si mal que ça…

1 commentaire

  1. Anonyme

    Moi ma maman, et ben elle etait directrice du Centre de Information du Droit des Femmes du Morbihan (CIDF). Alors autant dire que je suis TRES feministe. C’est meme mon combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>