Le new-age

Le New Age est difficile à cerner: "Il n’est pas une religion, mais il est quand même religieux; il n’est pas une philosophie, mais il est quand même une vision de l’homme et du monde, ainsi qu’une clé d’interprétation; il n’est pas une science, mais s’appuie sur des lois "scientifiques"… Il est une nébuleuse qui contient de l’ésotérisme et de l’occultisme, de la pensée mythique et magique au sujet des secrets de la vie…"

En 1978, Mircea Eliade, historien des religions, parlait déjà d’une "explosion de l’occultisme" à propos du New Age américain dont les premières apparitions s’effectuèrent en Californie, plus spécialement à Esalen Institut, entre San Francisco et Los Angeles.

Les expressions du New Age sont variée à l’extrème. Voici donc très brièvement les principales médiations utilisées par ses nombreux promoteurs, adeptes ou sympathisants:
Ce sont d’abord de grands rassemblements qui réunissent des centaines d’exposants parmi lesquels on découvre des astrologues, des psychotechniciens (sophrologues…)ou des acupuncteurs…

Des milliers de publications

Les ouvrages sur le New Age de langue anglaise dépassent les 20 000 titres différents tandis qu’en français, leur nombre atteint les 12 000 exemplaires. Les auteurs les plus connus sont Marilyn Ferguson avec "La révolution du cerveau" et "Les enfants du verseau"; David Spangler avec son livre "Emergence, quand grandissent les enfants du Verseau"…

Des BD

Ce sont au total près d’un millier d’albums différents de BD (en langue française) qui entrent dans cette catégorie et parmi lesquelles s’entrecroisent à l’infini des aventures chamaniques et spirites sur fond d’occultisme, de magie et d’ésotérisme. Ces divers courants, juxtaposés avec des romans épiques comme "Les chevaliers de la table ronde", "La chanson des Nibelungs" ou encore "La trilogie du Seigneur des anneaux" constituent les principales références des nouvelles mythologies propagées aujourd’hui par le New Age.

Des jeux de rôles

Les jeux de rôles quant à eux, se situent à mi-parcours entre la BD telle que je viens d’en décrire rapidement les caractéristiques, la sorcellerie et d’anciennes mythologies. Ces jeux, très vaguement inspirés de certaines thérapies psychologiques du même nom, furent connus du grand public spécialement à travers la série "Donjons&Dragons". La caractéristique commune de ces jeux de rôles consiste pour les acteurs à utiliser des maléfices contre leurs adversaires. La fréquence des parries de jeux de rôles peut provoquer une progressive dépersonnalisation qui peut aboutir à un véritable dédoublement de la personnalité. En effet, les limites qui séparent le monde de l’immaginaire de celui du réel disparaissent au point que la vie elle même se transforme progressivement en un véritable jeu de rôle

J’espère que je t’ai éclairé un peu sur ce qu’était le "New age" néanmoins si le fait de participer à des jeux de rôle… est certes malsain mais peut etre "défoulant" pour certains, il n’en reste pas moins dangereux car de nombreuses sectes utilisent la crédulité de certains pour les embrigader dans certaines idées plus que malsaines, alors méfiance.

5 commentaires

  1. Anonyme

    Euh j’ai pas lu ton article en entier mais j’espere que tu va avoir ce message avant demain. Juste un petit conseil ne demarre jamais une redac de philo comme cette article parce que la t’es recalé tout de suite, tu va enerver le correcteur tu parle pôur rien dire et ca sert a rien vaut mieux en mettre moins et que ca serve a quelque chose . voila c’etais juste un conseil . ++

  2. Anonyme

    Je te rassure tt de suite, la philo, c pas pr maintenant pr moi et puis cet article n’avait aucune visée philosophique, c t juste un éclaircissement sur ce qu’était le New Age, rien de +. Mais merci pr le conseil tt de meme! ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>