Le piège des drogues « douces »

Périodiquement, des campagnes sont faites pour déclarer inoffensives certaines drogues comme la cannabis et obtenir leur légalisation. Et les « bonnes » raisons ne manquent pas, dit-on: « Nous avons bien l’alcool libre, pourquoi pas la marijuana? surtout que les conséquences sociales et individuelles de l’alcool sont bien plus néfastes? », « En levant l’interdiction, on diminuerait l’attrait du défendu, on éviterai le marché clandestin qui répand des produits frelatés »…

Comment rester objectif devant le problème?

1) En n’exagérant pas les effet du H.: incontestablement, le haschich pris à faibles doses et accidentellement n’a pas de conséquences catastrophiques. Et c’est vrai qu’il est moins toxique que l’alcool.

2) En ne sous-estimant pas ses dangers pour autant:

- si son usage est régulier et les doses fortes, les effets peuvent être graves.
- l’escalade vers les drogues fortes est fréquente: 59% des héroïnomanes ont commencé par le H.
- le psychisme à la longue est atteint: apathie, désintérêt, passivité: en un mot, devenir un légume ambulant!
- la comparaison avec l’alcool est trompeuse: c’est vrai qu’il y a 80 000 morts par alcoolisme, contre 2 000 par overdose par an. Mais la toxicomanie est toute récente et croît rapidement, elle touche surtout les jeunes. Il faut beaucoup plus de temps pour devenir alcoolique (10 ans?), trois semaines pour certaines drogues.

En fait, il ne faudrait plus parler de drogues « douces » ou « dures ». Toute drogue est dangereuse. On ne joue pas avec le feu. Cette distinction est néfaste; elle tend à laisser croire que peuvent exister des « bonnes » drogues.

Si tu veux réagir, RDV ci-dessous!

3 commentaires

  1. Anonyme

    59% des héroïnomanes ont commencé par le H.
    mais combien de conssomateur de H sont il arrivé a l’heroine?
    C clair surement moins…
    ne pas divulgué les infos que ds un sens (car C ce que l’on appelle prendre partie) mais le montré ss tous les angles pour que l’on fasse nos choix C ça etre un bon redacteur Mr (sans etre mechant) dc il serais intteressent de faire attention l’orsque l’on ecris ces choses là…
    (je n’ai pas parlé des autres phrases qui etait tourné elle aussi d’une seul et unique manieres [pas tjrs la mm C vrai] mais je laisse les gens faire leurs propre avis dessus)
    @+
    fab

    ps: desolé pr ces fautes d’orthographe…

  2. Anonyme

    Lorsque l’on traite de sujets graves comme ici, la drogue, c’est le devoir de chacun de choquer pour dissuader. Mon but n’était pas ici de prendre partie mais jste de prévenir des dangers, ce qui est normal, non?

  3. Anonyme

    Faut arrêter la dramatisation à la sarkozy.

    il est sur que toute substance psychotrope est nocive, mais de là à tomber systématiquement dans le bateau du « qui fume un bedot passe à l’héro », c’est l’exagération la plus absolue et mensongère qui soit.

    Quant à toutes les raisons que tu présentes fallacieusement comme bonnes, elles seraient en tout cas bien meilleures que la prohibition actuellement en cours.

    La France est le pays le plsu répressif à cet égard en Europe et c’est aussi le pays qui compte le plus grand nombre de consommateurs.

    A contrario, les Pays-Bas qui ont réussi à faire entrer le cannabis dans un système de dépénalisation de la consommation ont vu leurs taux et de consommateurs de cannabis et d’héroïnomanes baisser.

    Il ne faut pas se voiler la face, l’interdit augmente l’envie. Et les dealers ont tout intérêt à proposer autre chose comme amrchandise à leurs clients. Ce n’est pas le cannabis qui rapporte. Pour exemple, 1000 xta coûte moins d’un € pièce si achetés en gros. A la vente, le prix est facilement décuplé… Et on ne aprle pas de poudre ou autres saloperies chimiques.

    Prévenir les gens, c’est bien.
    Les informer objectivement, c’est mieux.

    Et tout abus nuit de toute façon à la santé.

    Legalize!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>