Les Bronzés 3 : ça frise l’insolation !

D’après Le Parisien – Aujourd’hui en France, le mercredi 1er février pour son premier jour d’exploitation, le film a déjà attiré 538.000 spectateurs dans toute la France, dont 76.630 sur Paris et sa région. Le journal fait la comparaison avec Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre : 629.000 spectateurs premier jour. Des spectateurs bien préparés par la rediffusion des Bronzés font du ski la veille sur TF1 (laquelle a attiré 12,4 millions de téléspectateurs).

Qui est de l’aventure

Toute la troupe du Splendid, avec rides et petits bidons en plus : Michel Blanc (Jean-Claude Dusse) Josiane Balasko (Nathalie Morin), Gérard Jugnot (Bernard Morin), Christian Clavier (Jérôme Tarayre), Marie-Anne Chazel (Gigi), Thierry Lhermitte (Popeye).
Quelques personnages des volets précédents font leur apparition. Notamment Dominique Lavanant qui reprend le rôle de Christiane, l’esthéticienne. Souviens toi, c’est elle qui sortait avec Marius (Maurice Chevit), sexagénaire marié et amateur de blagues foireuses. Aussi, Jambier (Bruno Moynot), le pilote d’Hélico et enfin Miguel (Martin Lamotte).

Késako?

Tout ce beau petit monde se retrouve en Sardaigne dans l’hôtel dirigé par Popeye, devenu gigolo de luxe en ayant épousé la belle comtesse italienne Graziella. Les autres ont tous acheté une action dans l’hôtel (500 Francs) et viennent y passer leurs vacances à l’oeil. Mais la gestion de Popeye est désastreuse et il va jouer d’astuces pour faire tout de même payer ses amis de longue date. Jean-Claude Dusse a fait fortune comme perruquier à Los Angeles (sous le nom de Jessie Duce), Bernard et Nathalie toujours ensemble sont opticiens à Arras, et Jérôme a été radié de l’ordre des chirurgiens esthétiques pour avoir raté les lèvres de Christiane. Il est séparé de Gigi, qui vit maintenant avec Jean-Claude aux Etats-Unis et fait des portraits de chiens… en érection (c’est la Gigi’s touch).

Tout ça pour ça?

Film évènement, promo réglée comme du papier à musique avec notamment une émission spéciale de Michel Drucker le 1er janvier 2006 et un leitmotiv : l’équipe du splendid est restée une grande famille. Cependant, on peut rester dubitatif sur ce come-back. La bande-annonce est censée mettre en avant les meilleurs moments du film, et donc pour Les Bronzés 3 les séquences les plus drôles. Or, justement, les séquences et les répliques choisies sont bien poussives et plates, tout comme le scénario. Si « Les Bronzés » ou encore mieux « Les Bronzés font du ski » évoquent des situations communes à tous : qui ne s’est jamais fait piquer ses ski ? Qui n’a jamais été témoin des soirées miteuses du Club Med où les fameux G.O (gentils organisateurs… déjà le nom est stupide !) tentent par tous les moyens de faire de l’humour ?… bref, poussées à l’extrême, ces scènes sont drôlissimes. Dans ce troisième volet : les gags sont prévisibles, et encore, lorsqu’il y en a ! On prend les même et on recommence, les Bronzés 3 s’apparente à une sorte de tambouille sans saveur où l’on ajoute tous les ingrédients de la comédie bas de gamme. L’originalité et la spontanéité des débuts semblent avoir disparus au profit de gags bien basiques.

>> Réagis à cet article sur le forum Cinéma …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>