Les femmes s’en mêlent

 Lumière tamisée, salle enfumée, ambiance intimiste et feutrée, salle de petite taille, on a l’impression d’assister à un concert privé.

Premier groupe à rentrer en scène : Miss Li. Ce groupe  fait sensation dès la première note et surtout dès que la chanteuse ouvre la bouche. Une voix puissante et quelque peu éraillée sans en jouer trop et sans effort. Avec ses cheveux d’un noir de jais contrastant fortement avec sa robe rouge, elle en impose et on ne décroche pas notre regard de la scène une seconde. Le mélange guitare, contrebasse, saxo et piano donne un cocktail dynamique et piquant assez incongru mais particulièrement réussi. De leur partie, on retiendra surtout la chanson « oh boy » : avec son rythme effréné, un rayon de bonne humeur envahit la salle. De plus, les musiciens sont extrêmement sympathiques. La chanteuse suédoise use de compliments sur la France, qui de sa bouche ne semblaient pas trop convenus.

La scène se vide, un nouveau décor apparait. Paravent, fauteuil rouge, éventail. L’atmosphère devient énigmatique et quelque peu mystique. Les musiciens rentrent sur scène, bruit grinçant de crins sur les cordes… dans un nuage de fumée, la chanteuse apparait, nous laissant entrer  avec douceur dans la magie Moriarty. Sa voix est absolument sublime, d’une pureté quasi parfaite, elle nous envoûte sans qu’on ait le temps de s’en rendre compte. Les musiciens sont également incroyables, multipliant les types d’instruments et se les échangeant ; ils nous montrent avec brio leur talent et leur polyvalence. Outre la qualité musicale, c’est également la relation complice avec le public que l’on retient. Les musiciens nous racontent les histoires insolites de leurs chansons, on en apprend un peu plus sur les influences et sur l’imagination débordante de ce groupe mystérieux. Le petit plus de leur concert : la présentation de leur tête de cerf « Gilbert » qui se nourrit de chansons mais qui n’écoute que Depeche Mode, ainsi on a droit à une magnifique reprise de la célèbre chanson « Enjoy Silence ». S’attaquer à un monument comme Depeche Mode pour un petit groupe français n’est pas évident mais c’est un pari réussi pour Moriarty. Cette version inattendue nous donne des frissons.

On ressort donc complètement séduit par ce concert. Bref, merci à ce genre de festivals qui nous font découvrir les groupes de scène underground féminin. Enfin de la vraie musique !

Miss Li :

Moriarty :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>