Les infiltrés au cœur d’un nouveau scandale

« A l’extrême droite du père » est le prochain sujet de l’émission de David Pujadas, Les Infiltrés qui sera diffusée mardi prochain sur France 2 à 22h30. Ce reportage est l’aboutissement d’un travail d’investigation d’un an dans le milieu des catholiques traditionalistes et dans un clan d’extrême droite bordelais le « Dies Irae » dont le fondateur Fabrice Solin est un militant du Front National.
Le reportage s’annonce extrêmement percutant. On y découvrira une organisation aux intentions douteuses se réunissant dans les caves des églises traditionnalistes et adoptant un discours particulièrement choquant face à la caméra cachée : un discours fasciste qui s’appuierait sur l’ouvrage considéré comme la bible néo-nazi par excellence  et  interdite dans de nombreux pays : Les Carnets de Turner, le manuel de la survie de la race blanche incitant clairement au terrorisme.  Mais de manière encore plus édifiante, on découvrira l’intérieur d’une école catholique traditionnelle, l’école Saint-Projet, le journaliste fait alors la connaissance d’enfants à qui l’on enseigne que Pétain est le héros de la Seconde Guerre mondiale contrairement à De Gaulle qui est un traître et à qui l’on tait la réalité de l’holocauste. Des enfants âgés de 12 ans au discours effrayant déclarant que tout le monde est « facho » ici ou encore « Mon voyage de noces, je le ferai à Auschwitz »…

Face à ces révélations surprenantes, les catholiques dénoncent une énorme caricature et un faux montage. Les parents d’élèves de l’école sont outrés de l’attitude du journaliste affirmant que celui-ci a poussé les enfants à tenir ce type de discours et portent plainte contre la chaîne. Sur le site de l’école, on parle de « calomnies gravissimes » et de « manipulations de mineurs et mensonges d’une extrême gravité ». Quant à Fabrice Solin, le fondateur de « Dies Irae », il met en demeure France 2 afin de ne pas apparaitre dans le documentaire, il en est de même pour un évêque vu en train de prier, celui-ci aura donc son visage brouillé. Enfin,  le journal d’extrême droite Minute lance une rumeur déconcertante : avec en Une la photo du journaliste qui a infiltré ce milieu, titrée « C’est la taupe de Pujadas chez les cathos ». L’article qui suit présente le journaliste comme un ancien militant du Front National, « un obsessionnel notoire de la passionnante question juive ».

Bien entendu, ces éléments ont été vivement démentis par le rédacteur en chef. Celui-ci déclare par ailleurs pour sa défense face à ces multiples attaques : « Cela fait dix ans que je travaille sur l’extrême droite, je voulais filmer ce qui se dit dans ces réunions quand les caméras sont absentes. Le vrai visage des militants d’extrême droite, c’est celui-là ». L’avocat de la CAPA (l’agence de presse et de télévision qui s’occupe des Infiltrés) renchérit en défendant le concept de l’émission de plus en plus attaqué « Sans le truchement de la caméra cachée, on ne pourrait pas faire tomber les masques ».

En attendant, la diffusion de l’émission semble maintenue mais les journalistes ayant subis de nombreuses menaces  sont désormais placés sous protection et les locaux de la CAPA ont vu leur sécurité renforcée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>