Les liaisons dangereuses

Cet ouvrage publié le 23 mars 1782 pourrait être, au grand étonnement de lecteurs novices, un recueil de lettres sans grand interrêt. Pourtant ce recueil de missives n’est autre que les machiavéliques manipulation de deux êtres, autrefois amants: Mme de Merteuil et Valmont. Non sans une touche subtile de sadisme, Laclos retrace, à l’aide d’une typographie certes étrange (épistolaire), les plaisirs accentués par les désirs de ces deux manipulateurs dont un connaîtra une fin tragique et l’autre, une mise à l’écart de la société aristocratique…

De nombreuses adaptations ont été crées. Parmi les plus connues:

- De Roger Vadim, « Les liaisons dangereuses » 1959 avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Annette Vadim, Jeanne Valérie, Jean-Louis Trintignant, Simone Renant et Boris Vian.

- De Stephen Frears, « Dangerous Liaisons » 1988 (Version française en 1992) avec Glenn Close, John Malkovich, Michelle Pfeiffer, Keanu Reeves et Uma Thurman.

- De Josée Dayan, « Les liaisons dangereuses » 2003 avec Catherine Deneuve, Rupert Everett, Nastassja Kinski, Danielle Darrieux, Leelee Sobieski, Françoise Brion, Tedi Papavrami, Andrzej Zulawski, Christian Vadim.

Parlons de la plus récente, diffusée lundi 25 et mardi 26 août sur TF1. Transposée dans les années 60, l’oeuvre de Laclos n’a rien perdu quant à sa qualité. L’interprétation de Catherine Deneuve en intrigante pédante et celle de Rupert Everett en séducteur sans scrupule sonne juste. Seul bémol: les seconds rôles. Tedi Papavrami en Rafael Danceny n’est guère convaincant. Pas assez rongé par les sentiments qui le lient à Cécile Volange ou trop détaché de ce téléfilm…

Les costumes de Catherine Deneuve sont réalisés par Jean-Paul Gaultier qui ne fait aucune faute de goût du début jusqu’à la fin: l’esprit « sixties » bourgeois est toujours présent.

Le mythe Laclos reste intact ainsi que celui de Deneuve. Cette version 60′ n’altère en rien ces deux légendes. Libertinage et conspirations sont, on le remarque: intemporels…

2 commentaires

  1. Anonyme

    Il y a aussi le remake « Cruel intentions » avec Sarah Michelle Gellar. En français le titre ça doit « Sexe intention » mais je suis pas sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>