Les sommets de la liberté

De puissants conditionnements

L’homme moderne n’est-il pas souvent piégé?

Piégé par l’environnement

Les puissances d’argent tirent les ficelles de la société de consommation: pour créer des besoins constants, elles flattent les désirs et exacerbent les sens.
Les jeunes surtout sont « la cible d’une artillerie fantastique réglée par les tables du profit… le jeune est promu mais gibier! »
Verra-t-on un jour un mannif de jeunes contre cette agression commerciale dont ils sont l’objectif premier?

L’homme moderne est marqué par:

- la pub qui perfectionne toujours plus ses méthodes pour toucher imperceptiblement son inconscient.
- les modes qui font de lui un mouton obéissant servilement à certaines excentricités.
- le cinéma dont l’influence est considérable par le climat créé, par les gestes qu’il apprend et suscite.
- la musique dont les rythmes, les rengaines ou les thèmes le pénètrent insidieusement.
- les stars promues soudain modèle de vie ou philosophes, en raison de leur plastique ou de leur filet de voix.
- les médias de toutes sortes véhiculant de nouveaux tabous.

Piégé par ses propres « démons interrieurs »

L’homme se forge lui-même ses propres chaines:
Il est souvent l’esclave ou la victime de:
- ses ignorances, ce qui est humain, tout simplement.
- ses défauts, idem.
- ses désirs, ses pulsions non maîtrisées au point qu’il sent bien qu’il ne commande plus à bord.
- son immagination qui, non contrôlée, lui promet tous les paradis.

Je terminerai en citant le DR Chauchard: « L’homme ne naît pas libre, il le devient »

Le grand appel à la liberté

L’homme ne naît donc pas libre: trop de conditionnements biologiques, familiaux, sociaux, l’enserrent.
Mais il nait avec la capacité de le devenir: il nait avec en lui, l’appel de la liberté, une puissance de libération et avec la possibilité de repérer les conditionnements et de s’en affranchir.
Pourtant, le but de la vie, à mon avis, n’est pas de s’affranchir de toutes « chaines » puisqu’il n’est pas de devenir hermitte, mais bien de s’insérer dans sa propre identité en fusionnant avec la société sans en faire réellement partie. A vous de vivre en demies-teintes pour jouer avec le plus d’équilibre possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>