Lili Ster, une fée qui se la joue Relax au piano

Femme enfant et femme de tête, Lili Ster enrobe sa voix acidulée sur des textes acides, qui sont autant de tranches de vie d’une fille d’aujourd’hui. La jolie blonde stigmatise ainsi avec humour et poésie les relations hommes-femmes, les coups durs et les coups de foudre.

Si le jazz et le blues charpentent son répertoire musical, c’est le groove envoûtant de Bessie Smith et Nina Simone qui stimule très tôt la créativité de Lili Ster, le tout sur fond de piano. Un joyeux mic-mac ludique et magique. La notion de jeu n’a effectivement jamais quitté la chanteuse. Que ce soit au creux d’expériences précédentes, plus expérimentales, dont elle s’affranchira pour voler de ses propres ailes et jouer « une musique qui me ressemble ». Mais aussi lorsque joueuse et décomplexée, Lili Ster reprend « Relax », le tube platiné de Mika, qui éteint alors la boule à facettes pour ne plus s’éclairer qu’à la bougie. Un intimisme troublant, qui palpite doucement tout au long de ce premier disque, aux promesses immenses.

Repérée par Béatrice Ardisson, cette reprise de « Relax » s’est retrouvée sur la compilation « Paris Dernière #7 » parue à l’automne 2009, et a permis à Lili Ster de collaborer également à la compilation « Love from Jaipur» réalisée pour l’habillage sonore d’une exposition sur le thème de l’Inde au Bon Marché fin 2009.

 

Ambre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>