M.I.A revient en force avec Steppin’ Up

M.I.A avait déjà fait l’annonce de la sortie de son nouvel album de manière triomphante : inscrite sur un ballon dirigeable sur le fameux festival, rendez-vous de toutes les stars, le Coachella (Californie).  L’album sortira finalement le 13 juillet prochain. La trackist n’a pas encore été révélée, mais quelques titres ont déjà fusé : XXXO, Space Odyssey, Born Free et le dernier venu : Steppin’Up.
Un morceau à l’image de la chanteuse : un peu fou, électrique et psychédélique qui mélange plein de sons explosifs.

Mais un problème se pose pour l’album : son nom « ///Y/ » totalement indéchiffrable par les moteurs de recherche ; ainsi, il est introuvable sur Google. Une visibilité qui sera moindre que les autres, un contraste avec le précédent titre « Born Free » qui avait au contraire bénéficié d’une exposition très appuyée en raison du clip. Réalisé par Romain Gavras le réalisateur du collectif Kourtrajmé qui s’était déjà fait connaitre par un clip provocant (« Stress » de Justice), le clip illustrant des soldats poursuivant des roux et les torturants en raison de leur couleur de cheveux, avait fait polémique en raison de le violence par laquelle le propos était envoyé. A peine sorti, il avait été retiré de Youtube.

M.I.A est ce qu’on appelle une forte personnalité. La chanteuse n’hésite pas à faire part de ses opinions politique et social dans des textes engagés pour ses chansons et à balancer sur ses conseurs notamment Lady Gaga qu’elle accuse d’essayer de lui ressembler et de copier sur le groupe Santigold, elle avait ainsi déclaré dans une interview : « Les gens disent qu’on se ressemble toutes les deux. Mais elle fait exactement comme moi ! Elle me ressemble encore plus que je ne me ressemble moi même ! Elle prend comme modèle Grace Jones ou Madonna, mais sa musique ressemble plutôt à la dance d’adolescente à Ibiza. Et aucune de ses musiques ne correspond au look qu’elle veut donner, à l’image bizarre qu’elle pense avoir… Elle n’a rien d’un progressiste, elle ne fait rien avancer mais c’est une bonne imitatrice ».  Il faut dire que la chanteuse revendique le fait de ne pas produire de la musique pour adolescent refusant alors de figurer sur la B.O de Twilight préférant s’affirmer sur une scène plus underground.

De son vraie nom Mathangi Arupragasam, M.I.A (que l’on peut comprendre comme Missing in Action : disparu au combat), a débuté par la peinture pour par la suite être poussé par la chanteuse electrotrash Peaches se lancer dans la musique. Sa notoriété s’est radicalement accrue après sa participation à la B.O du film Slumdog Millionaire avec le titre « Paper Planes ». On aime son style multiculturel et ses influences diverses : funk, électro, ragga, hip hop, dancehall aux sonorités urbaines.

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>