M – Le Roi des Ombres

Voilà six ans maintenant que nous n’avions pas eu de nouvelles de cet artiste hors normes à la voix perchée et à l’imaginaire coloré. Six années durant lesquelles Matthieu Chedid, petit fils de la poétesse Andrée Chedid mais surtout démiurge du monde de -M-, a traîné ses guêtres et sa guitare dans l’univers des autres, en quête d’une liberté et d’un anonymat dont la tournée triomphale « En Tête à Tête » l’avait quelque peu éloigné. Bien-sûr, sa présence aux côtés de Vanessa Paradis n’a échappé à personne et le succès de « Divinidylle », tant discographique que scénique, ne lui est pas étranger. Pour le reste, l’artiste s’est fait discret et s’est bien gardé de répondre aux rumeurs qui ont circulé sur la mort de son personnage fantasque, préférant puiser dans les rencontres, les voyages et les errances nocturnes, à la recherche d’un nouveau cap artistique.

Cette nouvelle aventure discographique est un retour aux sources pour -M-, avec pour catalyseur la chanson éponyme « Mister Mystère », qui s’ouvre sur un cri polaire et déroule un tapis de guitares qui annoncent la couleur rock de l’album. Le mythe de -M-, lui, est mis à l’épreuve dans « Le roi des ombres », ode aigre-douce à la solitude du créateur tout autant qu’à son salut, c’est-à-dire à sa rencontre avec l’Autre : « Je suis M / Tu es M » chante Matthieu, avant de reprendre « Je suis l’ombre de ton ombre / Tu es l’ombre de mon M ». Pour le reste, c’est toujours -M- qui mène la danse dans une tentative désespérée de se délivrer du temps qui passe (« Semaine » et « Délivre »), de déjouer la mort (« Hold up », reprise d’une chanson de son père), de chasser son spleen (« Phébus » et « L’élixir »), ou bien, comme toujours, de s’interroger sur le désir et ses mystères dans le très athlétique « Est-ce que c’est ça ? » où il pose cette question cruciale et ô combien occidentale : « Dis, après quoi on court ? ». Question à laquelle il esquisse une réponse dans « Amssétou », chanson basée sur son expérience du Mali qui oppose au « cantique des quantités » de notre « occident oxydé » l’indolence de l’Afrique où le temps ne semble pas avoir de prise et où par conséquent on se sent libre.

Mais ces titres commenceront une vie nouvelle sur scène, terrain de prédilection de l’artiste, où -M- prend un nouveau départ et s’entoure d’un groupe considérablement étoffé qui comprend de jeunes pousses, Joseph et Anna Chedid, Pierre Cohen et Elise Blanchard, mais aussi deux vieux comparses, Cyril Atef et Pierre Boscheron. Cette formation inédite défendra le nouveau répertoire de l’artiste à l’automne dans les clubs puis entamera une tournée dans les grandes salles de France et de Navarre à compter de Février 2010.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>