Ma beauté de Noël : Héroïne des fifties

A l’image de la période d’après-guerre, la beauté des années 50 réinvente la femme tout en l’ancrant dans des valeurs sûres. Elle crée une féminité raffinée, un chic intemporel : le sexy rétro. On pense à Grace Kelly dans les films d’Hitchcock, à Audrey Hepburn dans « Breakfast at Tiffany’s » ou à Joan Holloway (Christina Henricks), la secrétaire hot de « Mad Men ». Une classe qui se fait sulfureuse, sans flirter avec le vulgaire.

Un teint minéral

On recherche un effet velouté. Au-delà de la couvrance et de la correction d’appoint, les fonds de teint minéraux s’imposent comme un soin maquillant parfait. En version liquide ou poudrée (pour les traditionnelles), le minéral convient aux peaux intolérantes, grâce à leurs formules ultra-légères à base de silice et de mica laminaires. Il ne colle pas, ne déteint pas, ne dessèche pas et fait disparaître avec naturel les petites imperfections de la peau. Que demander de plus à un fond de teint ? On réchauffe l’ensemble avec un blush corail, en halo sur le haut des pommettes.

Un regard néo-smoky

L’hiver dernier, le noir s’étalait sur la paupière mobile, glissait sur la paupière et coulait sur les cils, avec une liberté que l’on imaginait sans limites. Cette saison, on le maîtrise, comme une calligraphie. Un simple trait d’eye-liner, appliqué tout en finesse à la lisière des cils et en remontant vers la pointe du sourcil ; un peu de khôl à l’intérieur de l’œil, classique, et on termine avec quelques couches de mascara noir. Rangez les paillettes, les fards irisés et vos couleurs, le néo-smoky noir sublime le regard sans l’encombrer. Détail ultime, on redessine parfaitement les sourcils.

Des lèvres laquées ou nude : la bouche fait le grand écart

Les plus téméraires choisiront un gloss hyper-pigmenté à effet miroir ou, nouveauté de la saison, la laque qui fait la synthèse entre l’opacité d’un raisin et la brillance d’un gloss. L’application est très simple : on délimite le contour des lèvres à l’aide d’un crayon puis on colore avec la laque. On enlève ensuite l’excédent avec l’applicateur. Les plus discrètes équilibreront l’intensité du regard avec un rouge à lèvre beige-rosé, pour un effet naturel.

Adopter un make-up fifties, c’est avoir du style. On évite les excès, le teint fardé, l’effet « pot de peinture », tout en affirmant sa féminité avec un maquillage étudié. Ni trop, ni trop peu : le secret de la beauté 50’s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>