Malia – Young Bones

Originaire du Malawi, un pays africain mal connu. Âgée de quatorze ans, elle débarque à Londres avec ses frères et soeurs. Une mère africaine, un père anglais. L’incarnation du mélange des couleurs. La voilà débarquée dans la jungle urbaine de Londres.

Passionnée de Jazz, elle écoute Sarah Vaughan ou Billie Holiday, ou encore Nina Simone, et cela dès son plus jeune âge. Sa façon à elle de s’évader, de rêver, de se construire. Car Malia voit sa vie à travers la musique. Malia commence sa carrière dans les bars et les restaurants de Londres. Barmaid, dès son service achevé, elle monte sur scène et éclabousse déjà par son charisme.

Une rencontre va tout accélérer. Celle de André Manoukian, le pianiste virtuose, qui en entendant la voix de la chanteuse, eu un veritable coup de Coeur. Un premier album sorti en 2002, “Yellow Daffodils”. Puis un second album en 2004, “Echoes of Dream”. Des albums qui n’ont pas eu le success espéré. Les échecs ont parfois un intérêt, il faut savoir rebondir. C’est chose faite avec ce troisième album “Young Bones” qui est une veritable référence. "Young Bones" est un album plein. Quatorze titres d’une finesse rare où se mélangent jazz et modernité électro. Sept ans de collaboration avec le pianiste virtuose André Manoukian qui se concrétisent. Ballades jazzy sur des melodies de piano, contrebasse, batterie et cordes. La voix exceptionnelle de Malia enfin mise à sa juste valeur. Une texture musicale très jazzy. Sophistiqué. Raffiné. Une pointe de modernité électro. Un album riche sans fioritures. Laissez vous éblouir par l’étoile montante Malia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>