Marlène Dietrich

Marie Magdelene Dietrich, nait le 27 décembre 1901 à Schöneberg,Allemagne
Marlène fit ses premières armes dans les cabarets en 1920. Musicienne accomplie, capable de jouer de plusieurs instruments, elle entra dans le show-business en se passionnant d’abord pour l’art lyrique. Elle participa à une douzaine de productions sans jamais occuper de rôle important jusqu’à ce que le cinéaste Josef Von Sternberg l’aperçoive lors d’un tour de chant. Il lui fit faire quelques bouts d’essais et la choisie en 1930 pour L’ANGE BLEU. Un succès monstre qui les amena tous deux à Hollywood. Il la présenta alors aux américains avec Morroco (1930) où Gary Cooper se chargeait de lui faire la réplique. En quelques mois, la jeune actrice quelque peu grassouillette s’était transformée en véritable sirène longiforme et la caméra était amoureuse d’elle. Le mythe de Marlène Dietrich, construit par le regard soutenu que portait sur elle un cinéaste de génie, était né. Le public l’acclama et son nom fut retenu pour l’Oscar.

À cette époque, Marlène signa un engagement avec Sternberg et tourna pour lui jusqu’en 1935, cinq autres films. Mais après SHANGHAI EXPRESS (1932) leur plus grand succès ensemble, leur relation s’effrita. Marlène était alors l’actrice la mieux payée d’Hollywood. Un titre qu’elle ne su pourtant conserver très longtemps. Après le passage de Sternberg, elle alla d’insuccès en échecs, tentant un infructueux changement de style qui ne plut pas au public.
Au cours de cette période creuse, Dietrich retourna en Europe et travailla sur quelques projets, sans jamais vraiment étonner. Sa réputation de séductrice incendiaire lui fit aussi beaucoup de tord. On dit qu’elle ne pouvait s’empêcher de s’amouracher de ses partenaires masculins.


En 1938, Hollywood la rappela, lui offrant de jouer aux cotés de James Stewart dans un Western a priori routinier (FEMME OU DÉMON, 1939). Après quelques hésitations, elle accepta sans trop d’enthousiasme le rôle, mais y mit pourtant tant d’humour et d’entrain que de nouveau le public l’embrassa. Elle continua sur cet élan jusqu’à la fin des années 40.

Sa popularité auprès des G.I lui fit faire plusieurs tournées pour les troupes américaines au combat durant de la deuxième guerre mondiale. Se faisant de plus en plus rare devant la caméra, elle se réorienta avec succès vers le chant. Mais sa dépendance à l’alcool lui ruina éventuellement la santé. En tombant de scène un soir de présentation elle se cassa la jambe et fit définitivement une croix sur sa vie d’artiste. Elle se retira du monde et resta seule recluse dans son appartement de Paris refusant de quitter le lit et repoussant tout contact avec l’extérieur.

Marlène Dietrich aura symbolisé le mot « glamour » en donnant toujours au public exactement se qu’il recherchait, un morceau de rêve, une part de sensualité et de la poésie. Et Josef Von Sternberg aura fait de son objet d’art, sa création, un miracle de jeunesse et d’élégance suprême.

Elle meurt le 6 mai 1992 à Paris, France (mort naturelle)

11 commentaires

  1. Anonyme

    Très bon article!! merci vraiment.. je ne sais pas si tu connais Louise Brooks, ki lui ressemble certainement sous certains côtés…j’écrirai un article si j’ai le temps… merci pour Marlène!!

  2. Anonyme

    Je te re-remercie, malgré tout ce que le grand marshall mathers (manro) pourra dire, pasque je viens de mieux comprendre une chanson de Noir désir (vous savez ceux qu’ont inventé un truc terrible, la musique) cette chanson, pourtant claire, c’est : Marlène. Alors merci.

  3. Anonyme

    ehhh toi l’artiste la ……, si tu croi pa ke joey , il a pa écri « police » ………ehhh bin ….

    moi j’vien d’lir ton article , il est correct, mai sa ‘appren pa a mieu komprendre les paroles de chansons……

  4. Anonyme

     » Oh Maaarlene, les coeurs seigne, et s’accroche en au de tes bas… Oh Marlene, dans tes veines coulent l’amour des soldats….. Et quand ils meurent, ou s’endorment, c’est la chaleur de ta voix, qui les appaise, et les traine, jusqu’en dehors des combats….. »

    Wouuuuhou!!! allé bertrand!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>