Métaphysique des tubes d’Amélie Nothomb

Tout d’abord je ne suis pas en mesure de faire un résumé de ce livre car si je vous disiez qu’Amélie Nothomb raconte sa vie de zéro à trois ans et que jusqu’à deux ans et demi elle se décrit comme étant un tube digestif inerte et végétatif, je ne sais pas si tout de suite vous seriez dévorés par l’envie de lire cette oeuvre… Je vais juste tenter de faire une critique aux allures d’une analyse à tendance philosophique…?(waa quelle phrase! des fois je m’étonne moi même ..) Voyons ce que ça peut donner:

On remarque souvent que le début et la fin d’un roman sont très révélateurs.
Ici les premières pages du roman sont plutôt déroutantes. On comprend très vite l’atmosphère dans lequel nous allons entrer, une ambiance propre à cette femme. Amélie Nothomb nous offrirait-elle un essai sur Dieu ? Evidemment puisque Dieu n’est autre qu’Amélie Nothomb ! je m’explique: au Japon, l’enfant de zéro à trois ans est considéré comme une divinité vivante ; Amélie Nothomb étant née à Kobe, fut, durant trois ans considérée comme tel.
Métaphysique des tubes commence par cette phrase : « Au commencement il n’y avait rien » et finit par : « Ensuite, il ne s’est plus rien passé. » Ainsi, cette histoire se déroule entre deux néants, comme si la vie s’arrêtait aux frontières du Japon, à trois ans. Mais entre ces deux riens, Amélie Nothomb nous parle de son pays natal d’une façon particulière. Une fois transformée en un être social à deux ans et demi grâce a un bâton de chocolat, elle commence alors son analyse du monde des adultes.
L’univers enfantin retranscrit par un adulte est très stylisé et en plus doté de son humour sarcastique (dont on ne se douterai pas si on se fierait qu’aux photos ou elle parait excentrique et sèche).

Son neuvième ouvrage est un roman qui a le mérite d’être aussi drôle que brillant. entre celui ci et stupeur et tremblement qui a notamment fait l’objet d’un film interprété par Sylvie Testud il y aura toujours des personnes qui penseront qu’A. Nothomb ne se renouvelle pas à s’inspirer de sa vie personnelle, mais quand on a une vie de roman ce serai dommage de ne pas s’en servir!
Mais cependant,une fois le livre terminé une question subsiste: fiction ou realité? car en effet c’est sa vie qu’elle narre jusqu’à trois ans ce qui donne tout bonnement l’impression dune autobiographie mais en meme temps certaines anecdotes paraissent difficiles a croire d’autant plus que si ce ne sont pas des évènements layant réellement marqué elle a vraiment une mémoire prodigieuse..! à mon humble avis je pense que c’est tiré du vrai mais justement la faiblesse de la capacité de mémoire humaine laisse cours a un peu d’imagination. Peut être qu’elle-même ne doit plus distinguer le vrai du faux, un peu comme dans le film Big Fish de Tim burton.

4 commentaires

  1. Anonyme

    arf fini ya pas si longtemps…je me les enfile les amilie nothomb en ce moment…jai adorer celui la mais mon preferer reste je pense Le robert des noms propre..ou antechrista….arf quel talent cette Madam! =)

  2. starlita

    arf fini ya pas si longtemps…je me les enfile les amilie nothomb en ce moment…jai adorer celui la mais mon preferer reste je pense Le robert des noms propre..ou antechrista….arf quel talent cette Madam! =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>