MONDIAL 2010 : ces trompettes qui affolent les stades

La vuvuzuela est une sorte de trompette en plastique, une corne d’environ un mètre et dont la particularité est de produire un son particulièrement assourdissant allant jusqu’à 130 décibels !

Très appréciée des supporters locaux, elle a également séduit les supporters étrangers venus assister à la Coupe du monde qui s’empressent en arrivant  sur place, d’aller acheter pour 15 euros le précieux instrument vendu à chaque coin de rue. S’amusant du folklore, les supporteurs s’accomodent du bruit : « le vacarme des vuvuzelas, c’est fabuleux ! ».

Un enthousiasme loin d’être partagé : pétitions en ligne, protestations des téléspectateurs, énervement de la presse ou encore groupes Facebook anti-vuvuzela « les vuvuzelas me saoulent déjà » : le vacarme de ces trompettes agacent. Il faut dire qu’avec ses 130 décibels, l’instrument peut s’avérer dangereux pour l’ouïe. Selon les spécialistes scientifiques : en raison de l’utilisation répétée des vuvuzelas, la Coupe du Monde 2010 est en passe de devenir l’événement sportif le plus bruyant de l’histoire !  C’est pourquoi des bouchons d’oreilles, comme on en trouve dans les festivals, sont vendus aux abords des stades, malheureusement dès le second jour : les « Vuvu-Stop » étaient déjà en rupture de stock. Les journalistes commentateurs de l’événement, quant à eux,  sont contraints de se fournir en équipement high tech : des microphones qui peuvent atténuer le bruit ambiant afin de pouvoir être entendus.

Parmi les plus exaspérés par ce vacarme des supporteurs, on trouve surtout les joueurs et leurs entraineurs. Plusieurs joueurs se sont ainsi plaints publiquement expliquant que la communication sur le terrain étant une des clés de la réussite d’un match, elle devient impossible dès lors que les trompettes se mettent  gronder. Yoann Gourcuff explique : « On ne s’entendait pas avec tout le bruit dans le stade. On ne pouvait communiquer que par gestes. D’habitude, on prévient un coéquipier lorsqu’il est seul. Là, c’était impossible ». Pour l’ancien joueur Bixente Lizarazu, «ça te prend la tête dans tous les sens du terme…on va devenir dingo ». Seul Cristiano Ronaldo, malgré son agacement, semble admettre son utilisation « Les équipes ne disent que du mal des vuvuzelas, mais il faut respecter. Ca ne plaît à presque personne, mais cela va avec les gens qui aiment souffler dedans et faire du bruit».Une coutume que défend le gardien de l’équipe sud africaine, pour lui, le bruit n’est même pas encore assez tonitruant à son goût, « On veut des vuvuzelas plus bruyantes que ça lors de notre prochain match, contre l’Uruguay ».

Malgré les réclamations et les nombreuses demande d’interdiction, la vuvuzela conservera sa place de choix au Mondial puisque le porte-parole du Loc a annoncé qu’il n’était « pas question d’interdire ». Le caractère traditionnel et culturel de l’instrument le protège, il faut donc apprendre à respecter les coutumes locales du pays organisateur de l’événement.  Même si ce n’est pas la première fois que l’utilisation des vuvuzelas est remise en cause puisque la FIFA avait déjà énoncé la possibilité d’une interdiction à la suite de la Coupe des Confédérations, l’année dernière. Elle avait cependant vite renoncée quant les associations de défense du Football en Afrique du Sud s’étaient défendues en expliquant que c’était important pour les sud africains et que c’était un moyen d’assurer l’ambiance. Seule restriction que la FIFA a réussi à obtenir : l’usage de la vuvuzela est interdit lors des cérémonies, hymnes et discours. Il manquerait plus que cela.

Alors, pour ceux que le son importune, il ne vous reste plus qu’à éteindre le son de la télé pour tenter d’apprécier le match.

 

 

 

Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>