Naive New Beaters – Live Good

Le disque s’appelle Wallace (ne cherchez pas à comprendre c’est comme ça), et a été enregistré en compagnie de Clive Martin, puis mixé à Londres par le redoutable Nick Terry, déjà à l’œuvre sur les disques des Libertines, des Klaxons, ou encore de Simian Mobile Disco.

Le résultat, c’est de la joie, du sentiment chaloupé et des demoiselles qui trébuchent de bonheur ; mais aussi et surtout un bel album, qui révèle plus que jamais le talent d’écriture de nos trois larrons.
« Ce n’est pas parce qu’on ne se prend pas au sérieux que ce qu’on fait c’est de la blague », nous confiera d’ailleurs David Boring, sorte de prophète 2.0, derrière une chouette bouffée de cigarillos. Et en effet, avec ce premier album racé et gavé de tubes imparables, les Naive New Beaters prennent encore une épaisseur supplémentaire et se posent comme les cousins évidents de ces groupes chez nous sans complexe qui ont traversé la Manche, l’Atlantique et même le Detroit D’Ormuz. On pense à Phoenix, à Daft Punk, et à tous ces groupes qui ont décidé de faire du monde leur terrain de jeu, de brancher leur prise jack dans ce que la planète compte de salles de concerts.

On se réjouit de L.A. Trumpets, court et flamboyant morceaux d’ouverture, de l’excellent et bien connu Live Good, du single Get Love (et de sa petit guitare à la Strokes), de l’entêtant Can’t Choose, du très cool Just Another Day (qui peut se chanter au cul d’un pick-up en route vers la plage), du faussement ensoleillé Janeiro (le Brésilien est trompeur on le sait), ou encore du morceau de clôture et de bravoure The Last Badaboum. Bref on est bien dans Wallace, ce disque qui nous raconte l’histoire de trois types qui s’imaginent quelque part sur la Côte Ouest des Etats-Unis, avec sous le bras cette fille au maillot UCLA un peu serré sur la poitrine. Leur pop rappée aux accents rock et au boum boum électro c’est du fun à l’état pur, mais c’est tenu, souple et solide, nostalgique et élégant. Nul doute que ce Wallace servira de rampe de lancement idéal à la grande tournée que s’apprêtent à entamer les Naive New Beaters. Avec ce premier album dans la besace, les trois garçons vont en effet sillonner la France des Festivals mais aussi promener leurs tenues chamaniques en mode « monde ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>