Ni putes ni soumises: la réponse du x

I° Un peu d’Histoire…

Définition : La Pornographie, c’est la représentation de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre littéraire, artistique (Bientôt un sujet relatif à cela dans votre forum « Art ») ou cinématographique.

Ce genre est aussi vieux que la nuit des temps, ce n’est pas à vous que je dois apprendre, que se soit les Grecs ou les Romains, la représentation du sexe n’était pas taboue … Les lupanars romains regorgeaient de scènes exposant en détails les savoir-faire des personnes (Femmes ou hommes) qui y travaillaient, les femmes se promenaient avec des attributs phalliques autour du cou, même Néron (l’Empereur bien sûr…) lorsqu’il a pris « officiellement » un concubin, a fêté cela par une immense orgie publique … C’est à partir du Moyen Age, que l’Eglise a fait de ce thème un tabou, un péché (Capital : luxure). La société était conditionnée dans la vertu morale que l’Eglise imposée à tous. Un « réveil sexuel » s’opéra au XVIIiè et au XVIIIiè siècle avec le mouvement libertin. L’invention du Cinématographe a bouleversé les choses, et le développement de la société de consommation (l’après guerre) a fait que la pornographie a connu un essor extraordinaire. Premier choc : la sortie aux Etats-Unis dans les années 70, du film « Gorges Profondes » (du nom d’une technique de fellation), qui provoqua un véritable raz-de-marée dans l’opinion. Dés lors « deux camps » se sont crées, l’un prônant la tolérance et la liberté sexuelle (Contexte de l’après Woodstock), et l’autre conservateur prônant le respect de la morale, et la volonté du retrait du film… Cette controverse vit la victoire du clan « libéral », et le film connut un succès énorme, jusqu’à devenir un des films qui est resté le plus longtemps à l’affiche à Etats-Unis !!!! De là se crée aux Etats-Unis puis dans certaines régions du monde une véritable Industrie du X, qui emploie des milliers de personnes, et qui constitue même un puissant lobby aux Etats-Unis… Le grand boom fut lors de la chute du mur de Berlin et donc l’ouverture du cinéma pornographique aux pays qui étaient sous la coupe communiste, dés lors le phénomène se fait mondial. Désormais l’accès à la pornographie se fait d’autant plus facilement que se multiplient les sex-shops, mais le développement d’Internet permet à tous d’y avoir accès en quelques clics…

L’Industrie du X représente quelque chose d’hallucinant, elle rapporte aux Etats-Unis en moyenne 17 milliard de $ par an (Produits tous confondus), soit 3 fois plus que le Cinéma traditionnel !!!!!! Les Stars du X (surtout des filles, mise à part Rocco Siffredi) bénéficient pour certaines d’entre elles d’une renommée mondiale, deviennent PDG de maisons de productions (et donc millionnaires…), je donnerai juste l’exemple de celle qui est considérée comme la plus grande Star du X de tous les temps : Jenna Jamenson. En parlant de maisons de productions, si tout le monde connaît MGM, 20th Century Fox, Warner, l’univers du X a lui aussi ses maisons de productions phares : Vivid, Private, Blue One… Le Cinéma X a comme pour le Cinéma traditionnel des rendez-vous annuels à savoir des Salons internationaux comme ceux de Berlin, Barcelone, Budapest, et Las Vegas. C’est aussi à Vegas que chaque année est organisé les « AVN Awards » qui sont les équivalents des Oscars mais pour le X, à savoir aussi que la France avait encore il y a peu les « Hot d’Or » qui se déroulaient en parallèle du Festival de Cannes…
La réalisation d’un film X se fait de la même façon qu’un autre film, à savoir un casting, un producteur, scénario (ne riez pas…)… Les acteurs et actrices sont tenus de présenter des tests de dépistage du Sida datés de 3 semaines maximum avant le tournage, vu que l’utilisation du préservatif dans le milieu se fait selon la totale volonté des concernés, à savoir que dans le Cinéma X Français c’est rare que les protagonistes n’en utilisent pas…
Je terminerai sur le fait que comme le Cinéma traditionnel, le X souffre du piratage informatique, comme quoi les deux tendances n’ont pas tellement de différences entre elles…

II° Les différents genres

- Le Film Scénarisé : ce fut très longtemps le genre dominant, à savoir que le film suit tout de même une histoire malgré les différentes scènes de X qui viennent s’y incorporer… Le plus bel exemple est le plus film « Caligula » qui retrace de façon assez fidèle le personnage de l’Empereur, au milieu de scènes orgiaques très esthétiques (seulement 10 à 15 minutes de X sur les 1h40 du film). Mais l’Age d’Or qu’avait eu le genre scénarisé avec Caligula est révolu, et même les films qui se disent scénarisés ne le sont plus vraiment…Ils ont laissés la place à nouveau genre plus en adéquation avec les besoins de maintenant…

- Le Gonzo : C’est la tendance à la mode depuis les années 2000, c’est-à-dire que le film est un enchaînement de scènes hard, voir très hard, sans la moindre once de scénario… C’est beaucoup moins coûteux, le film se fait en très peu de temps.

- Le Porno Chic : C’est le plus souvent un film scénarisé, mais où le réalisateur va mettre l’accent sur l’esthétique des scènes, des filles, des décors… Dans ce genre de film, tout est nécessairement beau, stylisé…

- L’Hentaï : Si le X se fait avec de vrais acteurs et actrices, le genre Hentaï est le cinéma d’animation du X. Mise au point par les Japonais, il conjugue scènes très hard, voire choquantes (animaux, extra-terrestres) et à des scènes d’une qualité graphique étonnante…Ce genre est le plus à l’ouest de tous, il n’hésite pas à reprendre des mangas cultes et à les transformer en véritables orgies, l’exemple le plus marquant est « Dragon Ball Z »…

III° La femme objet ?

La femme est ici l’objet sexuel, du désir.
C’est relativement dégradent dans ces scènes, dans la mesure où elles sont par définition non intimes.
L’image de la femme dans ce genre de films est dégradante. Elle y apparaît comme un objet et c’est dommage dans une société qui essaie d’avancer sur la libération de la femme de voir que dans ces films elles ne sont que des objets d’un homme ou plusieurs.
La vision du sexe outre qu’ici ce soit purement commercial, on y voit un sexe facile parfois hard.
Et pourquoi est ce toujours la femme qui se complait dans ce rôle de tentatrice et non l’homme…?
Tout simplement parce que ce genre de films vise un public masculin [et ceci tend à changer], et que le genre masculin n’aimerait peut-être pas avoir pendant tout le film la prédominance de rôles masculins…Le genre masculin aime sans doute à se représenter la femme comme l’image même de la tentation (la pomme, tout ça tout ça…) vue comme une ivresse plus ou moins nauséabonde dans le but d’assouvir des désirs refoulés. De plus en plus la proportion des femmes augmente jusqu’à même créer des films X qui correspondraient mieux à la gente féminine, c’est le mouvement « Pussy Power » …
Aussi, pour conclure, je dirais que le X me parait moins choquant que certains films de violence extrême interdits aux moins de 16 ans. En France, nous sommes un peu trop dans l’optique : « Le sexe, c’est tabou, on en viendra tous à bout ! »

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>