Norvège: attentats meurtriers au pays du froid

Norvège: attentats meurtriers au pays du froid

La panique a pris, petit à petit, une place importante dans notre société. Le terrorisme aussi. Ennemi invisible et dangereux, il fait flipper tout le monde. Mais ce qui est encore pire, au final, ce sont les fous furieux, ceux qui passent inaperçus.

Non, ils ne font pas partie de réseaux secrets, et ils n’ont pas été entrainés à se placer des petites bombinettes partout sur le corps. Ils sont juste LÉGÈREMENT contrariés lorsqu’ils voient que certaines personnes ne partagent par leurs idées.

Tout comme Anders Behring Breivik, qui se serait rendu coupable d’un attentat sanglant, causant la mort d’une centaine d’individus, au total (sans parler des blessés). Bien évidemment jusqu’à ce que l’enquête et les comparutions en justice soient bouclées, Anders est suspecté (même très fortement) du double homicide norvégien. Il a ainsi reconnu les faits dont il était accusé, mais avait-il des complices ?

Il aurait ainsi provoqué l’explosion un véhicule, dans un quartier très fréquenté de la capitale, Oslo, non loin du siège du gouvernement. Il se serait ensuite rendu sur l’île d’Utoya, où se tenait un meeting politique : de jeunes étudiants, adeptes du Parti Travailliste (on peut l’apparenter à un parti socialiste ou démocratique) ont ainsi perdu la vie. Environ 90 personnes ont été massacrées au fusil, comme lors des grandes battues, pour les chasses en forêt d’un autre siècle. Barbare, monstrueux … Le registre est long.

C’est le choc pour le gouvernement et le peuple norvégien
.

Soit Breivik est complètement dérangé du cerveau, soit il estime que son combat n’a pas de limites, et dans ce cas, abattre froidement des êtres humains est un geste anodin (mais ça ne tourne pas rond, nous sommes tous d’accord). Cet énergumène de 32 ans avait préparé minutieusement chacun de ses gestes dans un manifeste d’environ 1500 pages. Les signes avant-coureurs ? Il haïssait les mélanges de culture et redoutait l’islam (un phobique très certainement). Ses pensées politiques pouvaient aller jusqu’à des concepts d’extrême droite. Il revendiquait surtout une identité européenne très forte, n’acceptant pas ce qui n’était pas … Européen, ou norvégien.

Mais il n’y a aucune justification ni aucune raison de vouloir motiver un tel acte. Encore moins d’ajouter un mot de plus.

Le silence suffit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>