NRJ Music Awards 2009 : un anniversaire et des bourdes !

La mythique soirée des « NMA » a fêté ses 10 ans. Un anniversaire célébré en grandes pompes mais qui a enchainé les bévues. Les rumeurs annonçaient le phénix de la pop américaine – Britney qui sans cesses, renait de ses cendres -.

Déception générale, après avoir fait durer le plaisir, Nicos fait fit d’annoncer la star et voilà qu’apparait Antony Kavanagh travestit remerciant au passage le dealer de la chanteuse. D’ailleurs Britney Spears en a inspiré plus d’un. Sur son tube « Les limites », Julien Doré s’est livré à un pastiche chorégraphique particulièrement drôle et bien ficelé. La star, absente, a cependant reçu 2 prix. Celui de l’artiste féminine internationale de l’année et celui du clip de l’année pour « Womanizer ».

Mais la star qui a fait le plus parlé d’elle lors de la soirée est sans contestes Katy Perry. Qu’à du penser son papa pasteur ? En robe de mariée sur les marches du Midem de Cannes, elle a introduit son tube « I kissed a girl » par un baiser langoureux avec une charmante demoiselle avant de faire de même avec Nikos. Un brin excessive la petite ! Mais elle n’aura pas fait le voyage depuis les USA pour rien. Elle remporte le prix de l’album international de l’année pour « One of the boys » avant de recevoir une douche froide. Lauréate du prix de la « Chanson internationale de l’année », elle vient récupérer son trophée sur  « Disturbia »de Rihanna. On pense d’abord à une erreur technique, on voyait presque l’ingé-son faire ses cartons et pointer au chômage. Avant que Nicos ne révèle la boulette qu’en fin de soirée : le prix était effectivement attribué à Rihanna. La réputation de l’émission en prend un coup au passage, mais l’honneur de l’ingé-son est sauve… ouf !

Autre maladresse de la chaine : la gestion du direct. Il fallait observer le logo « en direct » discrètement affiché à droite de l’écran. Logo qui se volatilise à deux reprises : lors des prestations d’ Indochine et de Mylène Farmer. Concernant Indochine, l’info était tombée il y a quelques jours lorsque Christophe Sabot de NRJ Group, avait révélé au Parisien que c’était leur volonté d’enregistrer leur prestation la veille, étant des hyper perfectionnistes : « Ils sont soumis à de telles pressions qu’ils sont condamnés au sans-faute ».

Pas de « grands gagnants »

Loin des triomphes à répétition des années précédentes, cette 10ème édition des « NMA » n’a enregistré aucun « grand chelem » de récompenses. Christophe Maé, adulé par le public, a été doublement primé (« Artiste masculin français de l’année et « Chanson française de l’année ») et a interprété une version réorchestrée de « Belle Demoiselle ».
Mention spéciale enfin pour Coldplay. Nommé dans plusieurs catégories, le groupe britannique, qui fête ses 10 ans d’existence cette année, a été primé pour l’ensemble de sa carrière. Chris Martin, le leader du groupe a longuement remercié son public –en français s’il vous plait.
Autre point fort de l’émission, les deux prestations sexy à souhait du quintette le plus sexy du moment : les Pussycat Doll. Une récompense à la clé (celle du Groupe/duo international de l’année) pour autant de bouches de fans béantes devant les chorégraphies au poil et la voix, sublime, de Nicole Scherzinger. On a dit la voix, hein… !

Place au palmarès

Album français de l’année:
Mylène Farmer « Point de suture »

Album international de l’année:
Katy Perry « One of the Boys »

Artiste féminine française de l’année:
Jenifer

Artiste féminine internationale de l’année:
Britney Spears

Artiste masculin français de l’année :
Christophe Maé

Artiste masculin international de l’année:
Enrique Iglesias

Chanson internationale de l’année:
Rihanna « Disturbia »

Clip de l’année:
Britney Spears « Womanizer »

Groupe/duo de l’année:
Cléopâtre

Groupe/duo international de l’année:
The Pussycat Dolls

Révélation française de l’année:
Zaho

Révélation internationale de l’année:
Jonas Brothers

Chanson française de l’année:
Christophe Maé « Belle demoiselle »